Pont d’Iéna

publié le 21 septembre 2007 (modifié le 24 septembre 2007)

 

Le pont d'Iéna
Le pont d’Iéna
(Photo ENPC)

C’est Napoléon Ier qui a initié la construction d’un pont dans l’axe du Champ de Mars. Le pont devait s’appeler "pont du Champ de Mars", mais l’Empereur décida de lui donner le nom de la victoire sur les Prussiens qu’il venait de remporter en 1806. Commencé en 1808, l’ouvrage qui présente cinq arches de 28m en arc de cercle et quatre piles intermédiaires, n’est achevé qu’en 1814.Fait extraordinaire pour l’époque, les coûts de construction sont entièrement pris en charge par l’Etat.

A la chute de l’empire en 1815, les Prussiens voulurent détruire le pont à cause du nom qu’il portait. On débaptisa le pont d’Iéna en "pont des Invalides", et on remplaça les aigles impériaux par le sigle royal "L". Le pont a aujourd’hui retrouvé son nom (1830) et ses aigles (1852).Dans la deuxième moitié du XIXème siècle, se fait progressivement sentir le manque de capacité de l’ouvrage dont la largeur n’excède pas quatorze mètres, trottoirs compris.

Ce n’est qu’en 1937, avec la perspective de l’exposition universelle qui doit avoir lieu cette année là, que les pouvoirs public décident enfin de mettre à exécution ce projet d’autant plus nécessaire que le pont présente un état certain de détérioration. L’élargissement, porté à trente-cinq mètres, se traduit par la construction de deux éléments du pont en béton placés de part et d’autre du pont existant, reliés à lui par une poutraison métallique.Des parements de pierre recouvrent le béton des nouveaux tympans sur lequel ont été replacés les aigles de Barye.

Le pont d'Iéna
Le pont d’Iéna
(Photo ENPC)

Concepteurs : Corneille LAMANDE, Jacques MALLET
Date de construction : 1808-1814 - Elargi en 1937
Longueur totale : 155 m
Largeur utile : 35 m : chaussée 22 m ; deux trottoirs de 6,50 m
Dispositif constructif : Pont en maçonnerie à cinq arches de 28 m en arc de cercle. Elargi en 1937 de 19 m à 35 m par établissement en amont et en aval, de deux éléments de pont, semblables au pont primitif, mais constitués par des voûtes en béton armé.
Décoration : quatre groupes équestres sculptés en pierre décorent les entrées du pont. Des Aigles impériales figurent aux retombées des arcs aux piles.
Œuvre en rapport avec ce pont : « Sur le pont d’Iéna » (poésie tirée du recueil « les baisers » d’Ernest d’Hervilly).
Monuments proches : La Tour Eiffel, le Palais du Trocadéro.