Panoramic du Mont-Blanc" />

Haut de page

 
Flux RSS Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte

Contenu

Panoramic du Mont-Blanc

30 avril 2008 (mis à jour le 9 mai 2008)
 
jpg - 10.4 ko
Télécabine à câble porteur
(droits réservés)

L’idée d’une liaison internationale

Relier Chamonix à Courmayeur en survolant le Mont-Blanc était pour le comte Totino le complément du Tunnel auquel il s’était intéressé dès l’origine.

L’idée se fonde sur un double constat :

  • l’accès à partir de Chamonix vers l’Aiguille du Midi (3 842 m) vient d’être acquis ;
  • côté Italien, un téléphérique relie la vallée de Courmayeur au refuge Torino(3 330 m).

Côté Italien, il semble facile de relier le refuge Torino à la Pointe Helbronner par un appareil d’une longueur de 250 m pour une dénivelée de 150 m. Le seul vrai problème serait de relier la pointe Helbronner (3 466 m) à l’Aiguille du Midi (3 842 m).

Un projet insensé ?

Seul l’entêtement du Comte réussit à convaincre de la faisabilité du projet conçu par le professeur Zignoli, qui recourait à des solutions totalement nouvelles pour surmonter les obstacles du terrain et des contraintes météos extrêmes.

Un tracé non rectiligne

L’unique rocher émergeant des glaces, « Le Gros Rognon », est le seul support intermédiaire possible, indispensable en raison des 4 972 m de distance.
De ce fait, au niveau de ce support, le tracé n’est pas rectiligne et présente une déviation d’environ 8°.
Au niveau de cette déviation les cabines quittent leur câble porteur et roulent sur 6 m de longueur sur 2 rails incurvés distants de 37,70 m.

jpg - 40.9 ko
Un tracé non rectiligne
(droits réservés)
 
 
 

Pied de page