Haut de page

 
Flux RSS Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte

Contenu

Histoire : de 1900 à nos jours

5 octobre 2007 (mis à jour le 7 décembre 2007)
 
jpg - 87.1 ko
Tombereau et compacteur à Serre-Ponçon en 1960
(droits réservés)
jpg - 25.5 ko
Concasseur Ammann de 1900
(D.R. musée Emile Pico)

Au XXe siècle, les matériels de TP vont connaître leur véritable essor. Ils s’appuient pour cela sur le développement de l’activité (construction de routes, rail...), l’utilisation de nouveaux matériaux (béton...) et les innovations techniques (moteur à explosion, hydraulique...).
Durant tout le XXe siècle, les trois secteurs qui tirent en avant l’activité des TP sont le rail, l’énergie et la route. Cette dernière, notamment, doit être adaptée au nouveau mode de locomotion, l’automobile. Elle donne ainsi naissance à de nombreux matériels spécialisés.

Les premiers modèles de bouteur (bulldozer) à vapeur sont testés dès 1900, mais il faudra attendre 1920 (et le moteur à explosion) pour voir l’engin s’imposer sur les chantiers. On assiste également à l’apparition des décapeuses (scrapers), des tombereaux (dumpers), niveleuses, finisseurs...

La mécanisation des chantiers

C’est à partir des années 1920 que la mécanisation se démocratise grâce à plusieurs innovations conjointes. La locomotion automobile et le moteur à explosion ont permis d’accroître l’autonomie des engins. L’introduction de l’hydraulique haute pression en simplifie la fabrication tout en augmentant leur puissance.

Les premiers matériels à intégrer un moteur sont les « grues à pétrole » du début du siècle. Mais là encore, il faudra attendre les années 20 pour voir le moteur à explosion supplanter les machines à vapeur, avant que le diesel ne finisse par s’imposer.

Les États-Unis sont le territoire de prédilection de ces nouveaux matériels, pour plusieurs raisons :

  • un vaste marché unifié et pratiquement vierge, permettant de créer des villes aux avenues rectilignes,
  • le manque de main d’œuvre, qui obligeait à trouver des solutions alternatives,
  • l’héritage des techniques agricoles, dont furent issues de nombreuses machines.

Une course au gigantisme

Après la deuxième guerre mondiale, la reconstruction de l’Europe et la demande de logement stimulent le marché des TP. L’essor du béton et les nouvelles techniques de construction (tours d’immeubles) imposent la grue à tour comme une silhouette familière du paysage urbain.

L’autre tendance de fond de ce second après-guerre est la course aux records des constructeurs. Les pelles employées sur le chantier du canal de Panama, en 1890, pesaient 95 tonnes ; dans les années 1950, le record était détenu par la Marion 5760, du haut de ses 2500 tonnes !

Mais cette tendance va évoluer avec la crise pétrolière depuis les années 1970. Désormais, tout en poursuivant l’accroissement de leur puissance, les fabricants tentent d’optimiser les performances de leurs appareils, grâce notamment à l’introduction de l’électronique et de l’informatique. Avec, depuis peu, un nouvel horizon porteur de ses propres exigences, celles du développement durable.

Pour en savoir plus


Télécharger :

 
 
 

Pied de page