Le pont de Tancarville

publié le 12 août 2009 (modifié le 2 mars 2015)

 

Vue générale du pont de Tancarville
Vue générale du pont de Tancarville
(photo SETRA/Gérard Forquet)

34 ans après sa mise en service, les signes d’usure grave des câbles du pont de Tancarville ont demandé un an et demi de réparations. Première mondiale, celles-ci furent réalisées sans interrompre la circulation.

En juillet 1993, on diagnostique une grave maladie du pont de Tancarville : un toron de câble est rompu ! Après auscultation par écoute acoustique, le pont révèle la rupture d’un nombre dangereux de fils. Après 2 mois d’études, les travaux débuteront en septembre 1996, car il n’y a pas de temps à perdre. Ils dureront 1 an et 6 mois. L’opération est une première mondiale, puisque le trafic autoroutier est maintenu pendant les travaux.

La rénovation est un événement normal dans la vie d’un ouvrage, notamment celle de la chaussée, dont la durée de vie est limitée à 20 ans. Mais dans le cas du pont de Tancarville, le constat de la corrosion touchant la structure du pont et le fissurant a poussé les ingénieurs à recourir rapidement à la rénovation.


Consultation :

Le Service d’Études Techniques des Routes et Autoroutes, auteur du projet de rénovation, a conclu un marché en avril 1996 avec le groupement d’entreprises Dumez-GTM/Baudin-Châteauneuf. Dès le mois de juillet 1996, les travaux commencent, afin de remplacer les câbles porteurs et les suspentes, tout en maintenant le trafic.

Le remplacement des câbles porteurs :

La nouvelle suspension repose non plus sur 2 câbles mais sur 4, de chaque côté, fixés dans les chambres d’ancrage au tablier. Les fils des câbles sont changés : galvanisés, ils sont davantage protégés de la corrosion. Pour recevoir les nouveaux câbles, les selles sont rehaussées.

Le remplacement des suspentes :

Désormais doublées et constituées de 90 torons (2 câbles de 45), les suspentes sont séparées par des écarteurs. Quant au nœud central, il est supprimé, puisqu’il ne permet pas de rigidifier les câbles comme on le pensait à sa construction, en 1959.

Autres réparations :

Parallèlement, d’autres réparations ont été réalisées : modification des chambres d’ancrage pour recevoir les nouveaux câbles, peinture de la nouvelle suspension, réfection de l’étanchéité... et, touche finale pour améliorer l’exploitation, l’augmentation du nombre de cabines de péage.

Tancarville_1_2_480x226_cle021b1b.jpg
Tancarville_1_2_480x226_cle021b1b.jpg
 
Tancarville_3_4_480x237_cle053d53.jpg
Tancarville_3_4_480x237_cle053d53.jpg
 
Tancarville_5_6_480x226_cle0b9e47.jpg
Tancarville_5_6_480x226_cle0b9e47.jpg
 
Tancarville_7_8_480x225_cle06af2a-1.jpg
Tancarville_7_8_480x225_cle06af2a-1.jpg
 

En savoir plus