Autres formes de dragage

publié le 10 octobre 2007

 

Drague environnementale sur le chantier de Port 2000 au Havre
Drague environnementale sur le chantier de Port 2000 au Havre
(D.R. DEME)
aero2_cle24fe99-105.jpg
aero2_cle24fe99-105.jpg
(D.R. DEME)

 


Outre les dragues hydrauliques et mécaniques, il existe différentes techniques de dragage plus spécifiques. Celles-ci se rangent dans trois catégories principales : les dragues à eau, pneumatiques ou environnementales.

• La drague à eau ou à injection

Cette drague est montée sur un navire. Le mécanisme consiste à injecter de l’eau sous pression dans le sol, ce qui donne un mélange d’eau et de sédiments en suspension. La différence de densité entre ce mélange et l’eau crée un courant qui emporte les sédiments. Cette méthode nécessite une étude approfondie du fonds. Elle peut être mise en œuvre dans les cas où un retour des sédiments peut être évité (chenaux à fort courant, bassins à marées de grande amplitude...).

• Les dragues pneumatiques

Ces dragues fonctionnent par aspiration avec un système à air comprimé. Le mécanisme agit de la façon suivante : un vide d’air est créé dans un cylindre, provoquant une arrivée de sédiments. Une fois le cylindre plein, les valves sont inversées, l’air comprimé y pénètre alors et expulse les sédiments. Ces dragues sont utilisées notamment sur des chantiers de décontamination.

• Les dragues environnementales

Les dragues dites « environnementales » ont été également conçues pour le dragage de zones contaminées. Elles permettent de limiter le volume à draguer, tout en évitant la remise en suspension et la dispersion des sédiments pollués. Des boucliers ou des écrans protecteurs sont ainsi employés pour isoler l’espace d’excavation. De même, pour éviter la remise en suspension, les godets et pelles sont équipés d’un système étanche de fermeture. Le transport et le stockage des sédiments contaminés ont eux-mêmes été profondément adaptés aux nouvelles contraintes dans ce domaine.