Bandes transporteuses

publié le 8 octobre 2007 (modifié le 27 décembre 2007)

 

Pour la construction du barrage d'Aït Chouarit, au Maroc, tout le transport du matériau a été assuré par bandes transporteuses
Pour la construction du barrage d’Aït Chouarit, au Maroc, tout le transport du matériau a été assuré par bandes transporteuses
(D.R. J.-L. Bordes)

 

Les bandes transporteuses utilisées dans les travaux publics fonctionnent selon le même principe que les tapis sur lesquels les clients déposent leurs achats au supermarché... Mais leurs dimensions et leur usage diffèrent du tout au tout !
Le principe en est simple : une bande sans fin (généralement en caoutchouc) est entraînée par des poulies motorisées appelées « tambours », assurant le déplacement en continu de la marchandise. La bande possède deux faces, interne et externe (dite aussi « brin supérieur »), celle qui supporte la marchandise. Cette face externe peut être crantée de différentes manières afin d’obtenir un bon entraînement des matériaux transportés.

Dans les travaux publics, on trouve des convoyeurs à bandes :

  • dans les tunneliers (pour dégager les gravats ou « marin » du front de taille),
  • dans les centrales d’enrobage ou les centrales à bétons, pour transporter les agrégats d’un point à un autre,
  • auprès des dragues pour acheminer les sédiments jusqu’à la zone de stockage.

Les bandes transporteuses font partie des éléments indispensables sur les carrières pour le transport en gros. La plus longue au monde, qui se trouve à la sortie d’une mine de phosphate, au Sahara occidental, s’étend sur près de 100 km jusqu’à l’océan !