Barrages mobiles

publié le 27 septembre 2007 (modifié le 15 avril 2014)

 

Barrage mobile de Charly-sur-Marne
Barrage mobile de Charly-sur-Marne
(D.R. Philéas Fotos/Daniel Osso)
et celui de Chatou

 

Les barrages mobiles sont conçus pour rendre les rivières navigables en les canalisant.

Grâce à ces ouvrages, le niveau de la rivière va être relevé de quelques mètres pour créer des biefs successifs où pourront circuler des bateaux. Cependant, ils doivent pouvoir s’effacer en cas de crue, lorsque le débit de la rivière augmente brutalement.

Les premiers aménagements de ce type sont apparus sur l’Yonne en 1842 : il s’agissait de barrages dits « à aiguilles », c’est-à-dire constitués d’aiguilles de bois montées sur un bâti en fer.

Par la suite, des perfectionnements ont été apportés, permettant d’abaisser les ouvrages plus efficacement lorsque les crues survenaient.

Au fur et à mesure de l’évolution technique, différents modèles ont vu le jour, tels les hausses Aubert, du nom de leur concepteur qui fut aussi le premier directeur général de la CNR. Aujourd’hui, les barrages mobiles sont équipés de vannes-volets ou vannes-secteurs, appuyées sur des piles qui reprennent leurs efforts.

À noter : tous les ouvrages de la CNR sur le Rhône sont des barrages mobiles... mais avec d’autres proportions que ceux qui équipent des rivières plus modestes !