Béton, matériau durable

publié le 6 novembre 2009 (modifié le 4 janvier 2010)

 

Conscients de l’importance des enjeux du développement durable, les professionnels du béton en intègrent pleinement les trois piliers fondamentaux :

  • économique, à travers l’amélioration des procédés industriels et des performances des matériaux,
  • environnemental, grâce à la réduction des impacts et une gestion équilibrée des ressources,
  • social, à la fois sur le plan de la création d’activité et d’emplois locaux, de la sécurité des chantiers et de la qualité de vie des usagers.

Ces engagements se déclinent à chaque étape du cycle de vie du béton, de l’extraction des matières premières jusqu’à la valorisation des produits en fin de vie.

Barrage de haute montagne dans la Tarantaise
Barrage de haute montagne dans la Tarantaise
Concours Image TP 2009 - Catégorie Acteurs - 1er prix
(© droits réservés)

Agir sur tout le cycle de production

Le béton est produit notamment à partir de granulats et de ciment, ce dernier incorporant 80 % de calcaire et 20 % d’argile. La prise en compte de l’environnement débute donc dans les carrières, des études d’impact préalables jusqu’au réaménagement du site destiné à valoriser son potentiel écologique.

Ainsi, 30 % des investissements de l’industrie cimentière française sont aujourd’hui liés à ces aspects environnementaux. Autre chiffre significatif, les émissions de CO2 générées par la consommation de combustibles fossiles ont diminué de 40 % depuis 1990, notamment grâce à l’optimisation des process et à l’utilisation d’énergies alternatives.

Dans les usines, la filtration des gaz en sortie de cheminée a permis de réduire notablement les autres émissions : moins 25 % pour l’oxyde d’azote (NOx) depuis dix ans, moins 75 % pour le dioxyde de souffre (SO2). La valorisation matière en amont fournit également des matériaux de substitution tels que les cendres volantes issues des centrales thermiques ou le laitier des hauts fourneaux.

La réduction des impacts lors de la production de béton passe à la fois par :

  • le transport des matériaux (priorité au rail et aux voies navigables),
  • des procédés de fabrication faiblement consommateurs d’énergie (malaxage à froid),
  • le recyclage des excédents et des rebuts de production (béton frais recyclé en granulats, eau...)

La répartition homogène sur tout le territoire des usines et centrales BPE contribue également à réduire les émissions des transports, tout en favorisant l’emploi local.

Nouveaux bétons, l’avenir durable

La conception des nouveaux bétons intègre tout particulièrement une approche durable, tout en offrant de hautes performances en matière économique et technique. Les conditions de travail sur les chantiers, l’impact sur la santé, sont également au coeur des préoccupations, ainsi que la réduction des déchets et l’allongement des durées de vie.

Parmi les avancées les plus spectaculaires figurent les bétons à hautes performances (BHP), dont les résistances élevées et la faible porosité garantissent une durabilité exceptionnelle.

Les bétons autoplaçants (BAP) facilitent quant à eux la mise en oeuvre, en évitant d’avoir recours à la vibration, ce qui représente un avantage au niveau de la sécurité et du confort de travail.

Signalons également :

  • les BFUP (bétons fibrés à ultrahautes performances), aux propriétés mécaniques et à la durabilité extraordinaires,
  • les bétons armés d’inox, qui simplifient la maintenance et augmentent la pérennité des ouvrages,
  • les bétons de bois, utilisés principalement pour l’absorption des nuisances sonores,
  • les bétons autonettoyants fonctionnant selon le principe de la catalyse,
  • les bétons dépolluants permettant de réduire la pollution atmosphérique.

Enfin, ces solutions fournissent des matériaux de choix pour les architectes, à même de s’adapter à leurs audaces créatives.