Cintres et poutres de lancement

publié le 11 octobre 2007

 

Les cintres et poutres de lancement sont des matériels utilisés pour la construction des ponts et viaducs. Ces matériels tiennent à la fois de l’échafaudage et des techniques de levage et de transport de lourdes charges.

Rappelons qu’un pont se constitue principalement :

  • d’un tablier qui supporte les voies de communication,
  • des culées qui servent de points d’appui aux deux extrémités,
  • et des piles qui soutiennent le tablier.

On appelle « lancement » la technique de construction d’un tablier consistant à avancer en posant les voussoirs (éléments préfabriqués du tablier) les uns à la suite des autres. Le cintre est la structure d’étaiement du tablier en construction.

Le cintre classique est un étaiement de type échafaudage renforcé qui soutient le coffrage permettant de couler le tablier. C’est le type de construction le plus couramment usité pour les ponts de petite ampleur.

Le cintre auto-lanceur (ou auto-porteur), quant à lui, ne prend pas appui sur le sol mais sur le tablier en construction. Il rend possible la mise en place des voussoirs en s’appuyant sur sa structure métallique. Ce type de cintre permet la construction de ponts et viaducs de grandes hauteurs, où le cintrage sur le sol serait impossible.

Le cintre soutient le tablier du pont durant sa mise en place
Le cintre soutient le tablier du pont durant sa mise en place
(D.R. IS Béton)

La poutre de lancement est une technologie inventée par Eugène Freyssinet afin de pouvoir construire les ponts sans cintre ni appui entre les piles. La poutre s’appuie sur deux piles et, à l’aide d’un pont roulant, amène les voussoirs qui sont alors fixés et jointoyés entre eux. Une fois complétée la travée entre deux piles, la poutre est installée sur les deux piles suivantes, et ainsi de suite.

Cette technique a notamment été utilisée pour la construction du pont de l’Île de Ré, le pont le plus long de France, construit en moins de 23 mois.