De 1945 à 1981

publié le 24 novembre 2007 (modifié le 29 février 2008)

 


Une période contrastée, avec une grande modernisation, puis des fermetures de lignes au trafic insuffisant, et une renaissance en fin de siècle.

Après la reconstruction, la modernisation se poursuit : électrification pour toutes les lignes à fort trafic, abandon de la vapeur après des débats difficiles, construction des grands triages automatisés.

En 1950 la SNCF, qui jusque là utilisait le courant 1500 volts continu, réalise ses premiers essais de traction des trains directement en courant industriel 25 000 volts alternatif. C’est à partir de ce choix que le premier record de vitesse est battu en 1954 sur la ligne de Paris à Lyon entre les gares de Dijon et de Beaune, à la vitesse de 243 Km/h.

Grâce à la locomotive BB 9004, le 29 mars 1954 entre Lamothe et Morcenx sur la ligne de Bordeaux à Dax, un nouveau record de vitesse, spectaculaire pour l’époque, sera établi à 331 Km/h.
Il faudra attendre les TGV pour détrôner ce record.

Entre 1970 et 1985, création du RER parisien, prolongement de plusieurs lignes de métro, début de réalisation des métros de province : Lyon, Marseile, puis Lille et Toulouse.