De très nombreux corps de métiers

publié le 20 novembre 2007 (modifié le 5 mars 2008)

 

Versailles, de l’artistique au technique : de nombreux corps de métiers à l’ouvrage

Vue de la construction du château, détail sur les ouvriers en haut de la Grande Ecurie
Vue de la construction du château, détail sur les ouvriers en haut de la Grande Ecurie
(Van der Meulen, St James’s Palace)

Sur le chantier du château, c’est le surintendant des bâtiments qui présente au Roi les plans du premier architecte.

L’organisation du chantier est placée sous l’autorité du Surintendant. Ce dernier est chargé de la conception de l’ensemble du bâtiment, y compris de sa décoration intérieure. Durant la construction, quatre personnes se sont succédées à ce poste. De même, six surintendants des Bâtiments, chargés notamment de gérer le budget, se sont succédés. Le surintendant est ainsi à la tête d’une véritable nébuleuse de services les plus divers, chapeautant architectes, peintres, décorateurs, jardiniers. Son budget est alimenté par le Trésor Royal et sert à financer les travaux dont le surintendant dresse la liste chaque année puis la soumet au Roi. Mais son occupation principale réside dans le suivi de la gestion du chantier de Versailles, dont il rend compte de l’avancement chaque semaine.

Le Roi reste cependant le vrai chef du chantier : Louis XIV s’intéresse à toutes les facettes de son château, tant sur le plan architectural qu’artistique ou économique. C’est aussi un passionné de jets d’eau et de jardins. Sur le terrain, les entrepreneurs des bâtiments sont chargés de la bonne exécution des travaux. Agents publics rémunérés par la surintendance, ils constituent une bonne centaine de personnes et interviennent sur tous les chantiers royaux d’Ile-de-France. Et déjà, la spéculation autour des grands chantiers fait rage. Ces entrepreneurs et architectes, issus de quelques familles se voient confier la majorité des marchés publics.

D’autres entrepreneurs sous-traitent les marchés des maîtres d’œuvres des bâtiments du Roi. De nombreux corps de métiers n’hésitent pas à faire appel à des artisans spécialisés qui eux-mêmes sous-traitent parfois les travaux qui leur sont confiés. La tradition imposait à ses sous-traitants de faire l’avance de la trésorerie nécessaire à l’exécution des travaux, les mettant à la merci des retards de paiements de la surintendance. Le chantier de Versailles est caractérisé par les immenses jardins. Une armée de jardiniers, hydrauliciens et fontainiers vont accomplir de véritables exploits, et en premier lieu, l’alimentation en eau du site. Pompes, aqueducs et canaux vont ainsi être construits pour alimenter par exemple les deux cent jets du théâtre d’Eau conçu par Le Nôtre.