Déconstruction de l’ancien pont

publié le 11 février 2014 (modifié le 29 juillet 2015)

Afin d’éviter à la collectivité de poursuivre l’entretien d’un ouvrage inutilisé et en mauvais état, le Conseil général du Finistère a décidé de procéder à la déconstruction de l’ancien pont.

Inutilisé depuis l’ouverture d’un nouvel ouvrage à haubans en 2011, le pont suspendu de Térénez, sur l’Aulne, dans le Finistère est déconstruit à partir du mois de janvier 2014. Il s’agit d’une opération inédite en Bretagne.

Le site étant classé Natura 2000, le Conseil général du Finistère a décidé une déconstruction afin de récupérer et de recycler une partie des éléments qui le constituent : le béton, le ciment, le bitume, les traverses métalliques et les câbles.

Les pylônes centraux devraient disparaître du paysage au printemps. Le réaménagement du site et des belvédères s’étalera de la fin de l’année 2014 au début de l’année 2015. Entre 15 et 20 personnes interviendront sur le chantier dont une partie du personnel embauché dans le cadre d’une mission d’insertion professionnelle soit 3 750 heures.

Le chantier va débuter par la partie centrale du pont. La travée sera découpée puis petit à petit les travaux avanceront vers les deux rives. L’eau potable utilisée pour le sciage sera entièrement récupérée. Une surveillance particulière sera accordée sur les pylônes afin d’éviter l’effondrement de l’ouvrage en cours de déconstruction.

Les déchets seront récupérés sur des nacelles suspendues au-dessus de l’eau. Les 15 000 tonnes de béton seront recyclées à 70 % dans une carrière voisine à Telgruc-sur-Mer. Quelques éléments des pylônes atteints d’alcali-réaction, autrement appelée la « maladie du béton », seront envoyés pour étude dans un laboratoire de Saint-Brieuc. Une partie des câbles sera, elle, étudiée dans un laboratoire bordelais afin de faire avancer la recherche en ingénierie des ponts et chaussées.

Dans le groupement d’entreprises retenu pour la déconstruction, la société marseillaise 4D Démolition, spécialisée dans le désamiantage, va traiter chaque partie du pont avant son démantèlement. Ces déchets nocifs seront ensuite acheminés vers une déchetterie spécialisée près de Laval, en Mayenne.

Pour en savoir plus :