Des milliers d’ouvriers

publié le 20 novembre 2007 (modifié le 5 mars 2008)

 

Versailles, des milliers d’ouvriers à l’ouvrage et des conditions sanitaires difficiles

Effondrement d'un chantier
Effondrement d’un chantier
(gouache de Van Blarenberghe, bibliothèque municipale de Versailles)

Tout en bas de l’échelle, 36 000 ouvriers vont collaborer durant un demi siècle à la construction du château, représentant tous les corps de métiers.

Durant le demi-siècle que va durer la construction du Château de Versailles, des milliers d’ouvriers vont participer au chantier. On y trouve des terrassiers, des paveurs, des spécialistes de la maçonnerie, des plâtriers, des scieurs, des charpentiers de marine, des plombiers, des serruriers, des ferronniers, des menuisiers, des vitriers, etc. Le chantier va également mobiliser une main d’œuvre militaire, moins coûteuse, qui sera surtout chargée des travaux de terrassement. Ainsi, dès 1665, 1 200 Gardes Suisses viendront prêter main forte aux ouvriers civils. Durant tout son règne, Louis XIV fera ainsi régulièrement appel à son armée pour des tâches fort éloignées de la vie militaire.

Une discipline très stricte, tant sur la qualité des travaux que sur l’assiduité des ouvriers règne sur le chantier. Colbert instaure ainsi, en 1670, des peines d’emprisonnement ou de punitions corporelles aux contrevenants. Ces difficiles conditions de travail entraînent de nombreux accidents du travail, parfois mortels, auxquels il faut rajouter des conditions sanitaires parfois déplorables. Ainsi, certaines études démontrent que la première cause de mortalité sur Versailles sont la sous-alimentation et les épidémies. On enregistrera jusqu’à 1 320 décès entre 1684 et 1685.