Deux barrages qui font le poids

publié le 20 septembre 2009

 

Deux barrages qui font le poids
Deux barrages qui font le poids
© EDF

Pour résister à la pression de l’eau, le noyau dur des deux barrages est constitué par une digue : en terre et enrochement pour celui de Grand’Maison, en alluvions pour celui du Verney.

Les deux barrages de Grand’Maison et du Verney sont "de type poids", c’est-à-dire que la pression de l’eau s’exerce contre le barrage. Elle n’est pas rejetée latéralement comme avec les barrages en voûte dont la forme en arc de cercle s’appuie sur les berges. D’où l’importance de la digue.

Le barrage de Grand’Maison est construit "en terre et enrochement". Au centre, sur des fondations de rocher, une digue de 160 m de haut comporte un noyau vertical étanche, en terre morainique, épais de plus de 100 m à sa base. Sa stabilité est assurée par des enrochements et des remblais en amont et en aval. Des matériaux de transition, filtres et drains verticaux protègent le noyau et participent à la bonne tenue de l’ensemble.

Pour renforcer le rocher qui sert de fondations au barrage, des injections de béton sont effectuées depuis une galerie dite "périmétrale". Perforée sous toute la largeur de l’ouvrage, cette galerie permet aussi de pratiquer les mesures de contrôles appelées "auscultations" transmises à un site de surveillance situé à la hauteur de la crête du barrage.

Le crête du barrage du Verney, longue de 430 m, barre la vallée de l’Eau d’Olle juste à l’amont du bourg de la Fonderie d’Allemont. La digue, de plus de 40 m de hauteur, est en alluvions. Cette fois, le barrage est rendu étanche grâce à une paroi amont en béton bitumineux.

Le barrage de Grand'Maison
Le barrage de Grand’Maison
© EDF
Le barrage du Verney
Le barrage du Verney
© EDF