Dragues hydrauliques

publié le 10 octobre 2007 (modifié le 28 décembre 2007)

 

D'Artagnan à Bayonne, la plus grande drague hydraulique au monde
D’Artagnan à Bayonne, la plus grande drague hydraulique au monde
(D.R. DEME)

Une drague est une machine installée sur un engin flottant (barge, chaland, bateau, ponton) qui permet de curer les ports, canaux, rivières, etc., afin qu’ils restent navigables. Il en existe de différents types : dragues hydrauliques ou mécaniques principalement, ainsi que d’autres formes plus spécifiques.

Les dragues hydrauliques aspirent les sédiments au moyen d’une pompe centrifuge, à travers un long tube à embout appelé « élinde ». La profondeur de dragage tourne généralement autour de 30 m, et peut aller jusqu’à 60 m pour une drague autoporteuse. Les sédiments, aspirés sous forme de boue liquide, sont ensuite rejetés, selon les dragues, dans un puits, un chaland ou une zone de dépôt via des conduites.

Les dragues hydrauliques les plus simples, dites « stationnaires », sont les dragues suceuses. Leur ancrage par un système de câbles autour de deux pieux assure leur stabilité.

En cours de dragage, elles utilisent successivement les pieux bâbord et tribord comme pivot, décrivant un arc de cercle. Leur déplacement se fait par un remorqueur, ou grâce aux pieux afin de déplacer la barge sur laquelle elles sont installées. Généralement, le produit du dragage est ensuite refoulé vers la terre par des conduites flottantes, ou chargé sur des barges.

Les dragues suceuses peuvent intégrer un désagrégateur, puissant appareil rotatif monté à l’extrémité du bec d’élinde et qui permet de fragmenter les gros morceaux pour mieux les pomper.

Drague suceuse à Fos-sur-Mer
Drague suceuse à Fos-sur-Mer
(D.R. DEME)

Dans les ports, pour draguer des endroits peu accessibles (par exemple sous les pontons et bateaux), on utilise une drague avec une élinde montée sur un bras articulé. Les profondeurs maximum sont plus faibles que pour les autres types de dragues : de 2 à 8 m.

Les dragues suceuses autoporteuses sont montées sur des navires à moteur. En général, elles stockent les sédiments à bord. Au cours du dragage, le navire avance à faible allure, ce qui permet aux becs d’élinde de racler le fond. Ces dragues sont surtout utilisées dans les chenaux de navigation.

Enfin, les dragues fendables sont des dragues par aspiration, montées sur un navire qui peut s’ouvrir en deux par son milieu pour déverser les sédiments.