Ducs d’Albe

publié le 22 octobre 2007

 

Schémas d’un "duc d’Albe" en tubes métalliques

Les "ducs d’Albe" utilisés comme ouvrages d’accostage

Autrefois constitué par des faisceaux de pieux en bois, les ducs d’Albe sont aujourd’hui réalisés au moyen de tubes métalliques ou de caissons en palplanches soudées entre elles, battus verticalement dans le sol.

Ils résistent aux efforts d’accostage par leur flexion offrant une résistance croissant de façon pratiquement proportionnelle à leur déplacement horizontal en tête des tubes. Des défenses placées sur un bouclier sur lequel s’appuie la coque du navire contribuent également à l’absorption de l’énergie d’accostage.
La butée du sol sur la partie enterrée des tubes métalliques équilibre l’effort horizontal imposé à leur tête.

Afin d’économiser la quantité d’acier, les tubes ont une épaisseur variable calculée de telle manière que les contraintes de flexion soient sensiblement les mêmes sur toute la hauteur de l’ouvrage.

Ces ouvrages sont indiqués quand le sol de fondation a des caractéristiques permettant le battage des tubes (sable ou argile).
Quand les fonds sont rocheux, les ducs d’Albe sont alors réalisés sous forme d’ouvrage massif (caissons en béton armé).
Ils doivent, dans ce cas, être équipés de défenses suffisantes pour limiter à des valeurs admissibles les efforts d’accostage imposés à l’ouvrage ou à la coque du navire.

L’origine du nom "duc d’Albe" est issu du massif bétonné "le duc d’Albe", vestige d’un appontement d’hydravion sur l’île de Porquerolles.