Énergies renouvelables

publié le 4 novembre 2009 (modifié le 26 novembre 2009)

 

02-02_energie-renouvelable_cle17c565.jpg
02-02_energie-renouvelable_cle17c565.jpg
 

Dans le cadre de la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, les énergies renouvelables (solaire, éolien, hydraulique, biomasse, géothermie) occupent une place de choix. Connaissant désormais un essor régulier (+ 4,2 % en 2007), elles sont appelées à jouer un rôle croissant dans notre panel énergétique.

Conformément au Paquet Énergie-Climat européen signé suite au protocole de Kyoto, le projet de loi du Grenelle de l’Environnement fixe en effet l’objectif de consacrer 23 % de notre consommation finale d’énergie aux énergies renouvelables (contre 11 % aujourd’hui).

Cela implique par exemple de multiplier par 2 la production de bois énergie, par 6 celle liée à la géothermie, et par... 400 la production photovoltaïque !

Passer à une autre échelle

De telles ambitions supposent de passer à une autre échelle qu’actuellement, tant en termes de nombre d’installations que d’envergure de celles-ci.
Si les particuliers, et plus largement le secteur du bâtiment, ont tout leur rôle à jouer, ces objectifs ne pourront être atteints qu’avec le plein concours des acteurs des travaux publics.
C’est ainsi que le plan établi par les pouvoirs publics pour l’occasion prévoit de construire au moins une centrale solaire dans chaque région d’ici 2011, pour une puissance cumulée de 300 MW. De même pour l’éolien, le but est de multiplier le parc actuel par 2, pour passer de 2000 à 8000 unités en 2020, soit de 3 400 à 25 000 MW dont 6 000 en mer.
Cela signifierait que la part dans la consommation énergétique passerait de 1,3 % à 10 %.

Un réseau décentralisé

Les énergies renouvelables supposent en outre la création de réseaux décentralisés, afin de mieux distribuer leur production. En effet, celle-ci est générée pour une part importante par de petites installations, dont il est nécessaire d’équilibrer consommation et production.
Or cette dernière peut connaître d’importantes variations, notamment en raison des conditions météo dans le cas du solaire et de l’éolien. La capacité à prévoir les variations en matière d’ensoleillement et de régime des vents devient dès lors cruciale.

Enfin, les énergies renouvelables possèdent un autre atout, sur le plan social cette fois, puisque d’après les estimations, elles pourraient contribuer à la création de 120 000 emplois locaux.