Et maintenant

publié le 12 novembre 2007

 

Le sujet est beaucoup plus vaste qu’il n’en a l’air et il s’est considérablement étendu au cours de la deuxième moitié du XXe siècle.

tunnelier débouchant dans sa fouille d'arrivée à Hong Kong
tunnelier débouchant dans sa fouille d’arrivée à Hong Kong
(Droits réservés)

Dans les travaux souterrains, les machines de creusement des tunnels sont les plus complexes et les plus puissantes. Les plus grosses ont des diamètres de plus de 14 m.

Déjà demain se profile et tout le monde parle de développement durable... qui engendre déjà de nouveaux besoins. La conséquence la plus durable de l’accident de Tchernobyl sera la pollution terrible de la nappe phréatique qui se déplace selon ses propres lois vers la ville de Kiev. Ce n’est pas admissible et nous aurons de plus en plus d’exigences de protection de l’environnement et en particulier des exigences de protection des nappes phréatiques.
Exemple : la plupart des centrales françaises sont isolées de la nappe extérieure par des écrans étanches.

Nos sociétés de consommation produisent malheureusement de plus en plus de déchets. Et après des traitements de masse, il reste quand même des résidus moins volumineux mais encore plus dangereux, les fameux "ruffiums". Il faut, en conséquence, faire des décharges de haute sécurité.

D’autre part avant de revenir au vent comme source d’énergie, nous allons produire encore pas mal de déchets nucléaires qu’il va falloir enfouir d’où la construction de lieux de stockage profonds.
Enfin on peut penser que les voies de communication à travers l’Europe en particulier devront encore se développer et il est vraisemblable que de nombreux tunnels seront à creuser.

Comme vous le voyez, le développement durable n’est pas la promesse d’inactivité. Enfin quand les industries primaires émigrent d’un pays à l’autre, elles laissent derrière elles des friches industrielles qu’il faut dépolluer car de nombreux produits chimiques ont fui et contaminé les sites.