Évolution des matériels

publié le 5 novembre 2009 (modifié le 11 décembre 2009)

 

Tout comme le reste du secteur, les matériels de Travaux publics se sont résolument tournés vers des solutions à même de mieux respecter l’environnement. Cette orientation
se traduit selon trois axes principaux :

  • un gain de performance énergétique et des machines moins consommatrices,
  • des engins adaptés au développement du recyclage des matériaux,
  • une réduction des rejets polluants et d’émissions diverses (composés volatils, poussières...)

Autre innovation marquante, les progrès au niveau de la sécurité participent directement d’une démarche durable en améliorant les conditions de travail sur les chantiers.

Concours Image TP 2009 - Catégorie Professionnels Ile-de-France
Concours Image TP 2009 - Catégorie Professionnels Ile-de-France
(© Kristen PETILLON, Razel)

Des engins plus économes en énergie

En matière de consommation d’énergie, l’émergence des véhicules hybrides apparaît comme l’une des tendances fortes de ces dernières années. Ce type de motorisation
diesel entraîne en effet une diminution de la consommation de l’ordre de 25 %. La baisse de la puissance installée contribue d’ailleurs également à réduire significativement le niveau sonore.

Ces gains de productivité énergétique se retrouvent au niveau de la fabrication des matériaux. C’est le cas, par exemple, pour les postes d’enrobés à travers des approches
telles que :

  • l’emploi de matériaux à faible taux d’humidité, celle-ci étant le principal facteur de variation de la consommation énergétique,
  • la production d’enrobés tièdes à 120/130°C (représentant une économie de 10 à 20 %),
  • la production d’enrobés à froid pour certains usages spécifiques, celle-ci ne générant pas d’émissions de CO².

Le choix des procédés va dépendre des types de matériaux recherchés, des capacités de financement et des habitudes de travail. Concernant ces dernières, des formations adaptées permettent de sensibiliser les équipes aux impératifs du développement durable, tant du point de vue économique qu’environnemental.

S’adapter à l’évolution des matériaux

Autre évolution notable, les matériels s’adaptent à l’usage de nouveaux matériaux et à l’essor du recyclage. Ainsi, certaines centrales d’enrobage permettent d’atteindre des taux de recyclage élevés, de l’ordre de 35 à 50 %. Parallèlement, d’autres technologies sont conçues pour l’utilisation de liants végétaux, tout en optimisant leur productivité énergétique.

On note également l’apparition de matériels dédiés spécifiquement à l’activité de recyclage, tels que des compacteurs de déchets, ou encore des trains de recyclage à froid ou à chaud des chaussées qui combinent intérêt écologique et diminution des coûts. Par ailleurs, des entreprises réalisent des adaptations de matériels existants, comme par exemple des pelles, qui peuvent être utilisées dans les centres de tri des déchets grâce à l’adjonction d’un balancier sur la flèche et d’un système d’élévation pour la cabine.

Enfin, des évolutions technologiques récentes allient productivité et sécurité. C’est notamment le cas des systèmes permettant de contrôler un ensemble de machines par télécommande, ou encore de changement d’outil sans modification des éléments d’origine ni avoir à descendre de la cabine.