Exemples dans la vie courante

publié le 22 février 2015

Des exemples très anciens illustrent très bien le rôle qu’ont pu jouer, dans la vie courante, des applications de la précontrainte.

Le cerclage d’une roue de charrette ou celui d’un tonneau

Lorsque les charrons voulaient autrefois assurer l’assemblage des éléments composants les roues de charrettes en bois, ils appliquaient des forces de précontrainte en disposant autour des éléments en bois un anneau métallique préchauffé juste avant assemblage qui, en se refroidissant serrait les éléments entre eux de façon définitive.

Roue-Charrette_cle54f8b1.jpg
Roue-Charrette_cle54f8b1.jpg
Cerclage d’une roue de charrette - © DR

De même, pour maintenir les douelles en bois des tonneaux serrées les unes contre les autres le tonnelier utilisait des cerclages métalliques préchauffés qui en se refroidissant assuraient le maintien des douelles mais aussi l’étanchéité du fût en s’opposant aux poussées dues au gonflement du bois des douelles lors du remplissage du tonneau.

Tonneau_300x326_cle22447b.jpg
Tonneau_300x326_cle22447b.jpg
Cerclage d’un fût en bois - © DR

Une autre illustration, un peu simpliste de l’apport d’une précontrainte, est souvent proposée :

Imaginons un assemblage de livres (ou de briques) placés côte à côte les uns contre les autres. Il est possible de les transporter ainsi placés dans leur ensemble, en exerçant une force de compression avec les deux mains chacune placée à une extrémité. Mieux même, il devient possible de placer une charge sur les livres sans que l’ensemble s’écroule pendant le transport. Dans cette expérience, les livres jouent le rôle du béton puisqu’ils reprennent la compression exercée par les mains alors que la force créée permet de reprendre les contraintes de traction engendrées par le poids propre des livres et la surcharge. On a ainsi créé une poutre précontrainte.

BP-pile-livres_400x228_cle73cabd.jpg
BP-pile-livres_400x228_cle73cabd.jpg
Quand une pile de livre devient une poutre - © DR