GALABRU Paul

publié le 29 novembre 2007 (modifié le 8 février 2009)

(1892 - 1988)

(1892 - 1988)

Natif du Bousquet-d’Orb (Hérault), Paul Galabru, ingénieur civil de l’École nationale des ponts et chaussées, a participé, au cours d’une carrière qui s’étend de 1920 à 1965, à bon nombre des grands travaux effectués en France ou dans les territoires qui en dépendaient alors.
Reçu à l’ENPC en 1912, il est mobilisé en 1914. Il termine la guerre, décoré de la Croix de guerre avec palmes, comme commandant du génie, et reprend ses études qu’il achève en 1919.
II entre alors à l’entreprise Schneider comme ingénieur au port de Casablanca, puis directeur de la construction du port de Safi (Maroc). Après un bref passage au port du Havre, il est envoyé à Majunga (Madagascar) pour diriger les travaux de construction du port.
Il est de nouveau mobilisé en 1939. Fin 1940, nommé directeur des travaux à l’entreprise CITRA (Compagnie industrielle de travaux - groupe Schneider), il dirige notamment les travaux de construction des barrages de Genissiat (commencé en 1938 et mis en service en 1948), de Seyssel et surtout de Serre-Ponçon (1956 à 1960), ceux du tunnel du Mont-Blanc et du pont de Tancarville (en collaboration avec l’entreprise Campenon - Bernard).
Sa nomination comme professeur du cours de procédés généraux de construction à l’ENPC en 1958, est, non pas la récompense, mais la reconnaissance de sa compétence dans tous les domaines des grands travaux.

Sa carrière est l’illustration exceptionnelle des activités professionnelles des ingénieurs civils de l’École.

 
(droits réservés)