Généralités

publié le 5 novembre 2008

 

- Les enquêtes préliminaires sont effectuées ;
- Le financement est réuni ;
- Les terrains sont acquis ;
- Les descriptifs, cahier des charges, plans et notes de calcul sont préparés ;
- Les entreprises sont choisies ;
- Les étapes de la préparation du chantier sont accomplies, ou en voie de l’être ;
- Et l’autorisation d’ouvrir le chantier a été obtenue.

Après bien des mois et souvent des annnées, on peut enfin passer à la réalisation !

C’est cette étape, le cinquième stade, le chantier proprement dit , qui seule justifie tous les efforts antérieurs. C’est souvent la plus courte de l’ensemble du processus.

Au cours de cette phase essentielle, seule vue par le public, les Entreprises ont la mission d’exécuter les travaux.

Ces travaux peuvent être décomposés par nature en :

  • travaux d’infrastructure : en dessous du sol, le plus souvent prépondérants dans les ouvrages de Travaux publics ;
  • travaux de superstructure : au dessus du sol ;
  • travaux d’équipement : les systèmes d’exploitation et de contrôle et les matériels à intégrer dans les ouvrages.

Dans tous les cas, il faut commencer par libérer l’emprise du chantier.

Pour les ouvrages de Génie Civil, on distingue souvent les Terrassements préalables et les travaux de Fondation de la réalisation des Ouvrages proprement dits.

Dans le Bâtiment, on parle de Gros Oeuvre pour les éléments porteurs et la structure, et de Second Oeuvre pour les cloisonnements et les autres corps d’état (menuiserie, électricté, plomberie, courants faibles, etc.).

Cette réalisation, du ressort des Entreprises, est sous la surveillance étroite du Maître d’oeuvre (MOE).

Pendant cette phase, essentielle, du déroulement du chantier, le Maître d’Oeuvre assure le contrôle du chantier, le CGT (Contrôle Général des Travaux). Celui-ci est capital pour vérifier la conformité de la réalisation au projet préparé, préparer les adaptations inévitables en cours de chantier et veiller à leur bonne mise en œuvre.


Télécharger :