GOUIN Ernest

publié le 29 novembre 2007 (modifié le 8 février 2009)

(1815 - 1885)

(1815 - 1885)

Ernest Gouin est connu comme étant le fondateur de la Société de construction des Batignolles.

Classé premier dans l’état-major (la voie de la carrière militaire) à sa sortie de l’École polytechnique, en 1836, il démissionne pour suivre, comme élève externe, les cours de l’École des ponts et chaussées. Après quelques mois passés dans les principaux ateliers de construction d’Angleterre, où il s’est rendu pour compléter ses études techniques, il est chargé du contrôle de la fabrication des locomotives commandées par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans aux ateliers de Sharp, à Manchester. C’est là que naît sa vocation.

De 1839 à 1845, il est ingénieur de la traction et directeur des ateliers des lignes de Paris à Saint-Cloud, Versailles et Saint-Germain, lignes paraissant mineures aujourd’hui, mais qui permettent alors à des hommes qui parviendront aux plus hautes positions dans le monde des chemins de fer de se former. Ils fournissent de multiples occasions d’expérimenter de nouvelles techniques (comme le premier télégraphe actionné par l’électricité).

Atelier des Batignolles
Atelier des Batignolles
(droits réservés)
mise en place de la tôlerie de la clé d'une ferme aval sur le viaduc de Viaur, réalisée par la Société de construction des Batignolles, en 1902
mise en place de la tôlerie de la clé d’une ferme aval sur le viaduc de Viaur, réalisée par la Société de construction des Batignolles, en 1902
(droits réservés)

En 1846, Ernest Gouin fonde les ateliers de construction de locomotives et de machines de filature aux Batignolles et, trois ans plus tard, il introduit en France la technique de construction des ponts en fer. Des ateliers des Batignolles sortent de nombreux ouvrages d’art, tels que les ponts métalliques d’Asnières, de Culoz, de Macon, ainsi que de multiples ponts à l’étranger : Hongrie, Italie, Hollande, Roumanie, Russie, Australie, Algérie...

Entre-temps, Gouin fonde, à Nantes, des chantiers de construction de navires en bois et en fer, à voiles et à vapeur.

Pendant près de quarante ans, il participe aux études et à la conduite de nombreuses lignes de chemin de fer dont la réalisation est confiée à la société qu’il dirige : celles traversant les Pyrénées près de Saint-Sébastien, les Apennins près de Naples, les Carparthes en Roumanie, les Alpes du Tyrol, le réseau de Bône-Guelma en Algérie, la ligne de Dakar à Saint-Louis au Sénégal et de multiples lignes d’intérêt local en France et en Belgique.

Président du conseil des prud’hommes de la Seine, de la chambre de commerce de Paris, conseiller municipal de la capitale, Ernest Gouin sera également nommé régent de la Banque de France.

Après sa mort, sa société, société en commandite "Ernest Gouin et Cie" de 1846 à 1871, puis "Société (anonyme) de construction des Batignolles", sera dirigée par la famille de père en fils et d’oncle en neveu, jusqu’à ce que, fusionnée avec SPIE, elle perde son identité.