ACTUALITÉ
 

Grand Prix National de l’Ingénierie 2013

publié le 12 novembre 2013 (modifié le 13 novembre 2013)

Le prix « Aménagement-Construction » a été attribué aux concepteurs et constructeurs du pont levant Jacques-Chaban-Delmas à Bordeaux.

Le 7 novembre dernier et à l’occasion du 12e meet.ING de l’Ingénierie, le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie et le Ministère du Redressement Productif récompensent des professionnels de l’Ingénierie, en partenariat avec Syntec-Ingénierie, pour leur participation à des projets innovants. Une initiative avec le concours du Groupe Le Moniteur.

Le prix Aménagement-construction 2013 a été décerné à Jean-Marc Tanis, Frédéric Menuel, Mathieu Cardin (EGIS), Michel Virlogeux (consultant), Paul M. Skelton (Hardesty & Hanover), Thomas Lavigne et Christophe Chéron (Architectes D.P.L.G), Alain Denat, Gilles Vanbremeersch et Alain Frbezar (Vinci Construction) pour la conception et la construction du pont Jacques Chaban-Delmas à Bordeaux.

Pont-JCDB-Bordeaux_EGIS_cle0e19aa.jpg
Pont-JCDB-Bordeaux_EGIS_cle0e19aa.jpg
© Egis-Ledan

Ce prix est l’aboutissement d’un projet qui aura duré 10 ans, de la candidature jusqu’à la mise en service de l’ouvrage. Il est la reconnaissance, au plan national et international, du travail d’une équipe qui, dans le cadre d’un groupement conception-construction, a conçu et réalisé un ouvrage d’art unique qui compte aujourd’hui parmi les plus grands ponts levants au monde.

En 2012, le prix « Construction et Aménagement », avait été attribué à Jean-Marie Duthilleul, Etienne Tricaud, et Jean-Louis Salama -AREP-, à Pierre Pheulpin -BET SOMETE-, à Philippe Gorce, Thierry de Dinechin et Benjamin Peiro -DGL’A-, à François Bonnefille -Gares & Connexions- et à Jacky Manus -SCGPM-, pour la restructuration du Coeur de Gare de Paris Saint-Lazare. Une réalisation d’envergure qui a permis de réorganiser les flux majeurs des voyageurs et de mettre en relation les trois niveaux principaux de la gare (quais, rue et métro/RER). Le projet était complexe en raison de la longueur du bâtiment (200m), des contraintes techniques et topographiques, et de l’obligation de n’entraver ni le fonctionnement de la gare et du métro, ni le trafic automobile, ni l’exploitation de la gare.

Pour en savoir plus :