L’alimentation électrique

publié le 15 octobre 2007 (modifié le 27 décembre 2009)

 

L’électricité sera étudiée, dès 1850, par le Service Central des Phares qui y verra là, comme tous ses contemporains, une solution miracle au problème de l’éclairage.

La première application sera réalisée au phare de la Hève en 1863. Toutefois, les difficultés de maintenance et d’entretien des installations ne permettront pas sa diffusion rapide. Il fallait encore utiliser d’importants groupes magnéto-électriques actionnés par des machines à vapeur. Ces appareils restaient, de plus, de grands consommateurs d’eau et de personnel. En 1885, seule une petite dizaine de phares fonctionnent avec une lampe.

ensemble de 3 lampes de phare 6000w - 3000w -1500w. Ht = 0,50m - 0,39m - 0,28m- milieu du XXe
ensemble de 3 lampes de phare 6000w - 3000w -1500w. Ht = 0,50m - 0,39m - 0,28m- milieu du XXe
(source : Dreyer-Damgm)

 

A cette époque, un grand projet d’une ceinture lumineuse composée de 42 grands phares électriques est encore enterré. Une commission d’enquête limitera les investissements aux phares du Créac’h (Ouessant) -1888, Goulphar (Belle-Ile) - 1890, Barfleur - 1893, Ile d’Yeu et la Coubre - 1895, Eckmühl en 1897.

L’ensemble de ces phares fonctionne grâce à des lampes à arc munis de régulateurs. Les optiques sont toutes changées pour la mise en place de petites focales de 0,30m ou 0,50m. D’importantes salles de machines sont construites pour les machines à vapeur et les dynamos.

Il faudra attendre les années 1920, pour assister réellement à l’électrification des appareils. Les ampoules devaient être mises au foyer par un système de support à vis micrométriques et leurs filaments seront fabriqués sur mesure pour éviter les divergences trop fortes des optiques.

Ces transformations resteront pourtant assez lentes ou ponctuelles. En premier lieu, les phares et les feux situés en ville ou proches des agglomérations seront changés. Plus tard, les grands phares situés dans des lieux inaccessibles seront équipés de batteries et de moteurs diesel pour leur chargement. Les lampes à arc seront remplacées par des lampes à incandescence de 3000w ou de 6000w (système Nernst ou Philips) plus fiables et moins onéreuses.
Toutefois, en 1937, le nouveau phare de Créac’h sera encore équipé de deux lampes à arc.