L’alimentation par huile

publié le 15 octobre 2007 (modifié le 2 juillet 2008)

 

L’huile végétale a été utilisée comme combustible principal dès les premiers feux. Elle était essentiellement fabriquée à partir de colza et très souvent mélangée à d’autres huiles : d’olive, de lin, de poisson, de baleine (spermacéti), de ravinson, de caméline, de fèves, de rabette, de tourteau.

Lampe à mèches de phare, à remontoir à piston central suivant le principe développé par E. Degrand (vue générale et détail du bec) Date de fabrication : 1855
Lampe à mèches de phare, à remontoir à piston central suivant le principe développé par E. Degrand (vue générale et détail du bec) Date de fabrication : 1855
(Source : Dreyer-Dam)

À partir de 1820 des essais sont entrepris pour mesurer la qualité des huiles par Augustin Fresnel et François Arago. Ils mettront au point les premiers brûleurs à plusieurs mèches utilisés dans les phares. L’huile de colza sera utilisée exclusivement jusqu’en 1875 où elle fut remplacée par de l’huile minérale (pétrole). Elle sera d’abord utilisée dans les petits feux, du fait du danger d’explosion, dès les années 1860.

Les lampes à huile végétale comportaient 2, 3, 4 puis 5 mèches et un système mécanique à remontoir et pompes qui permettaient l’alimentation constante du bec de la lampe par de l’huile en excès.

Différents types de remontage existaient :

  • À pompes et à remontoir à mouvement d’horlogerie avec régulateur à ailette ;
  • À pompes et à échappement à chevilles - À cames ;
  • À pompes et mouvements d’horlogerie avec régulateur à ailette, à 4 pistons, à clapets cuir, de 1836
  • À pompes et mouvements d’horlogerie à 4 pistons à clapets métalliques. Sources : Instructions... Léonce Reynaud (1842).

Après les années 1850, de nouvelles lampes sont apparues avec un piston central.Trois lampes étaient obligatoires dans chaque phare. L’utilisation de l’huile minérale permettra d’utiliser des lampes à 5 mèches (après 1875).

En savoir plus


Télécharger :