L’avenir de TERE

publié le 15 novembre 2007

 

Illustration Lionel Romier

Le témoignage du directeur de FAIRCO sur les difficultés des PME.

Nous ne sommes pas un cas unique dans le pays. Toutefois, la tendance est à la disparition des entreprises qui nous sont comparables.

Il existe donc une faiblesse de la moyenne entreprise. Elle ne résulte pas des seules caractéristiques particulières des structures modestes.

Nous pensons que notre image est en cause. On donne souvent du crédit à la vieille devise : petite entreprise, petit chantier. Or on constate que la grande entreprise se nourrit essentiellement de petits chantiers.

Ainsi, une autre vieille maxime "chacun à sa place" ou "il y a de la place pour tout le monde", n’est pas véritablement la règle.

Faisons un vœu : nous souhaiterions que nos clients (car, au fond, les donneurs d’ordre restent les maîtres) aient une vision différente des PME : à l’exclusion des travaux neufs sur les gros chantiers autoroutiers ou de plates-formes aéronautiques, la très grande majorité des chantiers est à notre échelle.

Afin, de ne pas attendre vainement que le dieu de la construction veuille exaucer notre prière, nous pratiquons depuis l’origine les associations. Nous sommes membres du GIE Enrobés Franciliens. Nous utilisons les services de FAIRCO qui, en matière de prestations intellectuelles, a pour vocation de faire tout ce qu’une PME ne peut garder en interne.