L’environnement

publié le 25 octobre 2007 (modifié le 4 décembre 2007)

 

La prise en compte de l’environnement, un enjeu majeur

Remise en état des lônes à la préservation, l'environnement est devenu un enjeu majeur de l'aménagement du Rhône
Remise en état des lônes à la préservation, l’environnement est devenu un enjeu majeur de l’aménagement du Rhône
(CNR - Droits réservés)

Des espèces à sauvegarder

Parmi les centaines d’espèces qui se rencontrent autour du Rhône, 43 bénéficient d’une protection spécifique, de l’esturgeon à la loutre. Des actions de sauvegarde en milieu naturel et de réintroduction sous forme d’élevage sont entreprises en partenariat avec le ministère de l’Environnement, l’Agence de l’Eau, le Conseil Supérieur de la pêche, etc. La loutre fait notamment l’objet de projets en ce sens. Des aménagements adaptés ont également été mis en place pour préserver les conditions de vie des espèces locales, en particulier sur le plan de la circulation : passes à poissons ou à castors, passages à grande faune, plan pour favoriser le déplacement des espèces migratrices (anguille, alose, lamproie, esturgeon...).

Des milieux naturels à préserver

Chaque année, la CNR (Compagnie Nationale du Rhône), chargée de l’aménagement et de l’exploitation du fleuve, investit 5 millions d’euros dans l’entretien et la restauration des écosystèmes. Différentes actions sont menées pour assurer la préservation du fleuve et de son environnement :

- augmentation des débits réservés aux Vieux Rhônes, ces tronçons appartenant au lit naturel du fleuve ;
- mise en valeur des lônes (bras secondaires du fleuve, comportant d’importantes surfaces de forêt alluviale) ;
- réhabilitation des berges, à travers leur stabilisation et la recréation de conditions proches des milieux naturels, etc.

Il est bien sûr possible de visiter ces sites dont beaucoup sont classés en réserves naturelles.

Evacuer sans polluer

Si les équipements installés sur le Rhône ne sont pas en eux-mêmes polluants, ils peuvent exercer un effet indirect de concentration de la pollution. C’est le cas pour les chasses du Haut-Rhône effectuées tous les trois ans et qui consistent à évacuer des matériaux accumulés en amont du barrage suisse de Verbois. Ces matières transitent ensuite à travers les aménagements du fleuve, notamment à Génissiat. Des consignes d’exploitation ont été fixées en deçà des normes habituellement admises en la matière.