L’Espagne de la Renaissance

publié le 28 septembre 2007 (modifié le 14 décembre 2007)

 

Tibi, le plus haut barrage au monde jusqu’en 1856

L’Espagne a su tirer le meilleur parti de son double héritage, à la fois romain et musulman, pour devenir l’un des plus importants bâtisseurs de barrages à la Renaissance.

On a ainsi pu y dénombrer les vestiges de soixante-douze ouvrages romains, auxquels est venu s’ajouter le savoir-faire arabe en matière d’irrigation. Parmi les constructions léguées à la suite de la conquête musulmane, le barrage-poids d’Almonacid fut édifié au XIIIe siècle près de Saragosse. Haut de 29 mètres et long de 200, il a vu depuis son réservoir remblayé et a été mis en culture.

Autre édifice marquant de cette période, le barrage-voûte d’Almansa, a été bâti en 1384 au nord d’Alicante. S’élevant à 13 mètres à l’origine, il fut rehaussé au XVIe siècle pour atteindre ses 25 mètres actuels.

Ce riche héritage nourrit l’inspiration des bâtisseurs espagnols, avec des barrages comme ceux de Elche (construit à partir de 1632) ou de Tibi (1580-1594). Haut de 46 mètres pour une longueur de 65 mètres, ce dernier resta le plus haut barrage au monde jusqu’en 1856.