La gestion des bagages

publié le 17 septembre 2007 (modifié le 25 juillet 2009)

 

Les bagages de soute doivent subir un certain nombre de formalités et passer successivement par plusieurs « modules ». Le cheminement décrit ci-dessous est un trajet type ; il peut varier selon le parti pris fonctionnel ou le contexte particulier de certaines aérogares.

  • Au départ :

Enregistrement, pesée, étiquetage du bagage à une banque d’enregistrement puis convoyage vers l’inspection-filtrage et le tri bagage départ,
Inspection-filtrage : En France, la réglementation impose l’inspection-filtrage de 100% des bagages de soute. L’IFBS se fait au moyen d’appareils de détection d’explosifs (EDS, tomographe), généralement selon une procédure multiniveaux en ligne en aval de l’enregistrement,
Tri bagage départ : dans les aérogares importantes, les bagages correspondant à plusieurs destinations peuvent transiter par les mêmes dispositifs. Il faut donc un système de tri (manuel ou automatique) et de convoyage pour les orienter vers le lieu où ils seront chargés.

Bordeaux Mérignac : salle d'enregistrement
Bordeaux Mérignac : salle d’enregistrement
(photo STAC/Gabrielle Voinot)
  • À l’arrivée :

Le traitement des bagages à l’arrivée est plus simple : ceux-ci sont déchargés de l’avion, acheminés vers l’aérogare puis déposés sur le tapis de livraison des bagages.

Bordeaux-Mérignac : salle de livraison des bagages
Bordeaux-Mérignac : salle de livraison des bagages
(photo STAC/Gabrielle Voinot)
  • Bagages en correspondance :

Le mode de traitement des bagages en correspondance varie selon l’importance du vol et le nombre de bagages concerné. Il peut être manuel ou automatisé. Les bagages peuvent être soit réinjectés dans le circuit normal des bagages au départ, soit acheminés séparément dans le cas des correspondances très rapides. Dans tous les cas ils subissent un nouveau contrôle de sûreté.