La mise en place du tablier par poussage

publié le 1er octobre 2007 (modifié le 11 juin 2008)

 

Haut : la poutre de traction entre les deux hourdis — bas : le haut de la poutre avec les câbles de traction
Haut : la poutre de traction entre les deux hourdis — bas : le haut de la poutre avec les câbles de traction
(photos : Gérard Martin)

Le “poussage du tablier" :

  • qui se fait en réalité par tirage, est l’opération qui consiste à le déplacer longitudinalement en le translatant parallèlement à son axe de façon à l’amener progressivement depuis son aire de préfabrication jusqu’à sa position définitive au-dessus de la brèche. Comme la préfabrication, ce déplacement s’effectue par “bonds successifs” de la longueur du tronçon qui vient d’être préfabriqué, soit entre 20 et 29 m. Ainsi chaque opération de poussage a pour premier effet de libérer les coffrages de chacune des zones de l’aire de préfabrication, permettant ainsi, lors du cycle suivant de pré-fabriquer un nouveau tronçon. Lors du poussage - qui s’effectue d’est en ouest - pour faciliter l’accostage sur la pile suivante le tablier amont est précédé d’un avant bec. L’avant-bec est fixé au tablier par l’intermédiaire de 56 barres de précontrainte de type Mac Calloy d’un diamètre de 50 mm, traversant une entretoise renforcée formant l’about "est" du tablier et constituant le voussoir sur la culée C0. Au droit de l’about, compte tenu des efforts majorés appliqués, les bracons extérieurs sont en béton et non métalliques. Quand le tablier sera en place, ils seront cachés par les murs enveloppes de la culée. 53.000 tonnes

 

(Les deux phases de chaque poussage)
  • est effectué par l’intermédiaire de deux vérins hydrauliques avaleurs de câbles, de type vérin de précontrainte modèle 31T15 à double plateau avec clavetage et dé-clavetage automatiques, chacun de ces vérins ayant une capacité de mobiliser un effort de traction de 650 t.

 
Pour en savoir plus


Télécharger :