ACTUALITÉ
 

La route des Tamarins ouverte le 23 juin

publié le 23 juin 2009 (modifié le 16 mars 2011)

Ce 23 juin 2009, des milliers de personnes se sont rassemblées à l’île de la Réunion pour assister à l’ouverture de la route des Tamarins.

 

Des miliers de personnes se sont rassemblées sur la portion de route de l’Eperon qui surplombe la route des Tamarins, à Saint-Paul. En présence des autorités de l’île et vers 12h30, ils ont assisté au passage des premières voitures pour la mise en service officielle de cette infrastructure hors norme. L’inauguration officielle se déroulera le 9 juillet prochain en présence des autorités de l’Etat.

route-tamarins_620x200_cle7d7ccb.jpg
route-tamarins_620x200_cle7d7ccb.jpg
(© DDE de la Réunion)

 

Cette voie express de 33,7 km en site montagneux est vraiment exceptionnelle. Elle devrait absorber 50 000 véhicules par jour (70 000 en 2015). L’ouvrage a coûté 1,146 milliards d’euros. Soit 34 millions d’euros de kilomètre de route. Les contraintes techniques ont pu être surmontées à ce prix. La Région a financé 85% du projet sur ses fonds propres et c’est l’Union Européene qui a pris en charge le solde.

Le choix politique de construire cette voie express a été pris en 1998 par la Région. Le préfet a donné son feu vert, via la déclaration d’utilité publique, en mai 2002. Les travaux ont démarré en mai 2003 et se sont achevés en juin 2009 avec six mois de retard sur le calendrier initial.

Entre 2003 et 2009, se sont 3 000 personnes qui ont pris part à la réalisation du projet. Parmi les 1 500 emplois directs créés à cette occasion, 674 ont été pourvus par des réunionnais.

v1v2v3v4_cle59445f.jpg
v1v2v3v4_cle59445f.jpg
(© droits réservés)

 

Sur les 120 ourages nécessaires au franchissement des différentes ravines, 4 viaducs sont exceptionnels et les techniques mobilisées pour les construire ont été inédites sur l’île (viaduc de Saint-Paul, viaduc des 3 bassins, viaduc de la Grande Ravine, viaduc de la Ravine Fontaine). Pour réaliser ces ouvrages, 200 000 m3 de béton, 22 000 tonnes d’acier pour le béton armé et 3 400 tonnes d’acier de précontrainte ont été nécessaires.

A voir :