La traversée des Alpes

publié le 19 octobre 2007 (modifié le 7 novembre 2007)

 

Tunnel du Fréjus : la traversée des Alpes au 19ème siècle.

1221-t5pdhl8hb02_cle1b1eb5.jpg
1221-t5pdhl8hb02_cle1b1eb5.jpg
Passage du col du Mont-Cenis en hiver ; les diligences transformées en traîneau.
1222-3awplce34ix_cle1c2d11.jpg
1222-3awplce34ix_cle1c2d11.jpg
Le traîneau des Alpes.

 

Comment franchissait-on les Alpes au 19ème siècle ?

Comment franchissait-on les Alpes à cette époque ?

Au milieu du 19ème siècle, les réseaux ferroviaires sont en plein développement, mais les voies ferrées ne peuvent franchir de reliefs accentués. En effet la pente acceptable n’est que de 2 à 4 %. Il faut donc franchir les Alpes en tunnel, ce qui exige des souterrains de grande longueur.
Or on ne savait pas à l’époque construire un tunnel de plusieurs kilomètres sans puits intermédiaires (un tous les km environ) pour assurer la ventilation. Par ailleurs le creusement, qui ne dispose pas de moyens mécaniques, est très lent. Il est donc nécessaire de multiplier les points de creusement, donc encore de creuser des puits. Ceci n’est pas possible sous les fortes épaisseurs de roches à percer en haute montagne.
Aussi, faute de chemin de fer, on franchit toujours les Alpes en voiture à cheval,.traversées fort périlleuses en hiver.

A l’époque, le col le plus emprunté à travers les Alpes centrales, pour aller de France en Italie, ou de la Savoie au Piémont, était le col du Mont-Cenis