Laboratoires

publié le 20 novembre 2007 (modifié le 28 décembre 2007)

 

Depuis un siècle, les travaux de terrassement ont fait beaucoup de progrès, et cela est en grande partie dû aux recherches effectuées dans les laboratoires.

Depuis un siècle, les travaux de terrassement ont fait beaucoup de progrès, et cela est en grande partie dû aux recherches effectuées dans les laboratoires.

En 1831, est fondé le laboratoire de l’école nationale des ponts et chaussées . Destiné à l’origine à exercer les élèves aux analyses des pierres à chaux et aux essais sur les pierres gélives, il effectue des recherches dans le domaine qui nous intéresse. On trouve par exemple dès 1934 une étude des sols routiers.

En 1949 il devient par décret le laboratoire central des ponts et chaussées (LCPC) qui exécute des recherches scientifiques et techniques. Les essais de contrôle et d’identification des sols y sont en particulier mis au point ainsi que les épreuves de réception des ouvrages en terre.

En 1952, sont créés les premiers laboratoires régionaux des ponts et chaussées qui sont aujourd’hui au nombre de 20. Ils participent aux actions de recherche en liaison avec le LCPC.

Les grandes entreprises de terrassement ont leurs laboratoires de suivi et de contrôle des chantiers. Ils ont une activité de recherche axée sur les nouveaux matériaux, les problèmes de traitement aux liants hydrauliques, de stabilisation des pentes, de compactage, etc.
Ils travaillent souvent en collaboration avec les laboratoires des grandes écoles ou des universités bien équipées en matériel de recherche de pointe.

C’est ainsi qu’ont été mis au point des matériaux synthétiques comme les géotextiles, les géomenbranes qui assurent les fonctions de drains, de filtres et d’étanchéité. Des matériaux originaux aux propriétés remarquables sont sortis des laboratoires comme le Texsol, le Nid d’abeille, l’Armaterre. Le polystyrène a vu son utilisation se développer pour la construction des remblais légers. Dans le domaine de la chimie, la mise au point de liants hydrauliques adaptés au traitement des sols argileux est étudiée en utilisant les sous-produits de l’industrie (cendres volantes, laitiers, etc.).

Gammadensimètre : équipé d'une source radioactive, il permet d'étudier la densité des sols
Gammadensimètre : équipé d’une source radioactive, il permet d’étudier la densité des sols
(droits réservés)
Dynaplaque : appareil de mesure de la portance des sols mis au point par les LPC
Dynaplaque : appareil de mesure de la portance des sols mis au point par les LPC
(droits réservés)

 
Pour en savoir plus


Télécharger :