Le cantonnier

publié le 12 novembre 2007 (modifié le 25 février 2009)

 

Portrait de Jean-Marie Jérôme Trésagnet, l'inventeur du cantonnier en 1764
Portrait de Jean-Marie Jérôme Trésagnet, l’inventeur du cantonnier en 1764
(Médiathèque de l’ENPC)
Le costume du cantonnier définit par le règlement du 11 juin 1816 - Les cantonniers en Auvergne et à Gavarnie au début du siècle
Le costume du cantonnier définit par le règlement du 11 juin 1816 - Les cantonniers en Auvergne et à Gavarnie au début du siècle
(Claude Vacant)


Le cantonnier des Ponts et Chaussées est devenu aujourd’hui l’agent d’exploitation des Travaux publics de l’État.

À l’origine : Jean-Marie Jérôme Trésaguet invente le cantonnier

  • En 1764, le bail d’entretien des chemins dans la province du Limousin, Article 1er. : "Toutes les parties de routes comprises au présent bail seront entretenues en état de perfection, bien roulantes, sans heurt, flaches, buttes, pierres errantes, dépôts, décombres, boues, immondices, etc. ; et ce par des cantonniers [...]".
  • En 1775, le mémoire sur la construction et l’entretien des chemins de la généralité de Limoges : "L’entrepreneur veillera à ce que les cantonniers remplissent avec la plus grande exactitude toutes les clauses de son marché [...]". Le cantonnier effectue, sous la responsabilité d’un entrepreneur, les travaux manuels d’entretien des chemins.

Son évolution : le cantonnier devient agent des Ponts et Chaussées

  • En 1807, le Directeur général des Ponts et Chaussées écrit : "[...] généralement, l’emploi des cantonniers a produit de bons effets, mais il faut qu’ils soient entièrement au compte de l’Administration..."
  • En 1811, un décret du 16 décembre prévoit de diviser les routes en cantons dont les limites correspondent aux relais de poste. "Les travaux seront confiés à des cantonniers qui seront des maîtres de postes ou des petits entrepreneurs locaux."
    Abri de cantonnier (1840) près de Melle sur la RD950 (Deux-Sèvres)
    Abri de cantonnier (1840) près de Melle sur la RD950 (Deux-Sèvres)
    © Christian Binet
  • En 1816, constatant que des cantonniers à gages ont été substitués dans beaucoup de départements aux cantonniers adjudicataires, un décret du 11 juin promulgue le "Règlement pour le service des cantonniers salariés chargés de l’entretien des routes en cailloutis."

Aujourd’hui : l’Agent d’exploitation des TPE

  • En 1947, les appellations de Chef cantonnier et Cantonnier des P&C sont respectivement remplacées par les suivantes : "Conducteur de chantier des P&C et Agent de travaux des P&C "
  • En 1991, création du corps des agents d’exploitation des Travaux Publics de l’État chargé de l’exécution de tous les travaux de construction, d’entretien et d’exploitation des routes nationales et départementales (décret n° 91-393 du 25 avril 1991)

L’agent d’exploitation est en contact constant avec les usagers :

  • Il travaille sur les routes nationales et départementales et, parfois, sur les voies communales mais aussi sur les voies rapides et autoroutes.
  • Il travaille pour le compte de l’État (au ministère de l’Équipement), mais aussi dans les communes et les sociétés d’autoroutes. Il entretient mais aussi exploite : ses préoccupations sont la sécurité (pour les usagers et pour lui-même), le bon écoulement du trafic, l’information à l’usager, etc. Il utilise les matériels les plus modernes.

Références : Claude VACANT, Du cantonnier à l’ingénieur, Presses de l’ENPC.

Pour en savoir plus : "Les règlements successifs des cantonniers" (1816-1944) Paris 2001