Le contact avions

publié le 18 septembre 2007 (modifié le 28 mai 2008)

 

Globalement, le rôle de l’aérogare est de transformer des passagers et bagages en « lots » embarqués dans des avions, et vice-versa. Le processus d’allotissement des passagers a lieu concrètement au moment de l’embarquement ou du débarquement, qui peuvent être réalisés par plusieurs moyens :

au contact du bâtiment, au moyen de passerelles

Il existe plusieurs types de passerelles : semi-fixes, mobiles, semi-fixes télescopiques, radiales, « au dessus de l’aile ». Dans la mesure du possible, c’est le mode préconisé au moins pour les moyens et gros porteurs.

Passerelles en attente
Passerelles en attente
(photothèque STAC)
  • Avantages : cette solution offre le meilleur niveau de service (protection contre les intempéries, pas de changement de niveau), ainsi qu’un bon niveau de sûreté, un contrôle performant du flux de passagers et un débit de débarquement rapide une fois la passerelle mise en place.
  • Inconvénients : la mise en place et l’ajustement des passerelles nécessite un certain temps, de plus ce sont des équipements coûteux en investissement et maintenance. Enfin, ce mode n’est compatible qu’avec les aérogares à plusieurs niveaux (salles d’embarquement en étage).

en « faux contact »

Les passagers se rendent directement à pied de l’aérogare à l’avion.

Ajaccio Campo del Oro : embarquement passagers
Ajaccio Campo del Oro : embarquement passagers
(photothèque STAC/Véronique Paul)
  • Avantages : c’est la solution la moins coûteuse et la plus rapide à mettre en œuvre, elle est généralement privilégiée pour les vols petits porteurs (moins de 100 passagers) et souvent préférée par les compagnies low-cost pour des raisons de coût et de rapidité (temps de retournement de l’avion).
  • Inconvénients : temps de débarquement des passagers légèrement plus long, pas de protection contre les intempéries, qualité de service moyenne au delà de 100m et mauvaise au delà de 300m, problèmes de sûreté (accès des passagers au tarmac), solution peu confortable pour les personnes à mobilité réduite.

en poste éloigné

Par bus ou aérobus (bus élévateur). C’est généralement une solution utilisée par défaut lorsque l’avion n’a pu être stationné à proximité de la salle d’embarquement.

  • Avantages : c’est une solution flexible qui permet de s’adapter à des imprévus (modification de poste de stationnement, indisponibilité de passerelle). Les aérobus offrent les mêmes avantages que les passerelles du point de vue du confort et de la sûreté.
  • Inconvénients : rupture de charge, temps d’embarquement et débarquement long, génère des mouvements supplémentaires de véhicules sur l’aire de trafic (sécurité). Les bus simples ont les mêmes inconvénients du point de vue de la sûreté et du confort (intempéries) que l’embarquement à pieds, mais sont beaucoup moins coûteux que les aérobus.

Les bagages, de leur côté, sont acheminés par véhicule spécialisé jusqu’à l’avion puis chargés dans les soutes. Ils sont souvent conditionnés au préalable dans des containers spéciaux adaptés à l’appareil.