Le dessinateur

publié le 12 novembre 2007

 

En haut : un dessinateur du début du XXe siècle. Reconstitution DDE 26, exposition du Patrimoine de l'Equipement à Valence (Drôme). Au milieu et en bas : de la planche à dessin au DAO
En haut : un dessinateur du début du XXe siècle. Reconstitution DDE 26, exposition du Patrimoine de l’Equipement à Valence (Drôme). Au milieu et en bas : de la planche à dessin au DAO
(Photos : C. Vacant - FNTP/DDE 03)

Le dessinateur : ingénieur-artiste à ses débuts en 1738, il est aujourd’hui un technicien utilisant les moyens les plus modernes.

Origine : de 1738 à 1747, création du bureau des dessinateurs

  • Un mémoire instructif de 1738 du contrôleur général des finances, Philibert Orry, prescrit à chaque ingénieur de dresser les cartes des routes de son département. Trudaine, afin d’accélérer cet énorme travail de cartographie, met en place en février 1744 un bureau des dessinateurs que dirigera Perronet début 1747. Ce bureau se transforme progressivement en véritable école des Ponts et Chaussées, dont une instruction de 1775 constitue le premier règlement.
  • L’article 72 prévoit que les élèves peuvent être détachés pour aider les inspecteurs et les ingénieurs, notamment pour le dessin des plans. En 1786, 2170 feuilles de plans représentant 3135 lieues de routes et 804 feuilles de dessins de ponts étaient terminées.
  • L’ingénieur des Ponts et Chaussées est alors un véritable dessinateur-artiste.

Évolution : de 1747 à 1921, l’intervention des différents grades

  • Les ingénieurs sont aidés par des agents, sans statut et recrutés localement, jusqu’à la fin du XVIIIè siècle. Une instruction de 1796 prévoit que le bureau de chaque ingénieur en chef soit composé "d’un dessinateur à moins qu’un plus grand nombre soit nécessaire".
  • Le premier statut des conducteurs des P & C prévoit que "tout aspirant conducteur doit savoir dessiner au trait les plans élémentaires".En 1853 les "employés secondaires des P & C " doivent connaître les "éléments de dessin linéaire" et prennent le titre de commis en 1888.
  • Les candidats subissent, en 1911, une épreuve de dessin au trait avec lavis.
  • Les commis obtiennent le titre d’adjoint technique en 1913 et sont aidés à partir de 1921 par des agents de bureau de deuxième catégorie soumis à une épreuve de "mise au net d’un dessin à échelle donnée avec teintes, écritures et côtes ".

De 1921 à aujourd’hui : devenir Dessinateur de l’Équipement

  • En 1946, les agents de bureau employés comme dessinateurs sont assimilés dans le nouveau corps de commis principal des Ponts & Chaussées, mais ce n’est qu’en 1961 qu’un véritable corps de dessinateurs d’exécution est cré . Les dessinateurs d’étude constituent alors une des filières du premier niveau du grade du corps des techniciens des TPE.
  • En 1947, le corps des dessinateurs d’exécution est remplacé par le corps des dessinateurs (Service de l’Équipement) .
  • Après de nouvelles modifications introduites en 1991 et 1998, le corps des dessinateurs comprend aujourd’hui trois grades : Dessinateur, Dessinateur chef de groupe de deuxième classe et Dessinateur chef de groupe de première classe.

Références : Claude VACANT, Du cantonnier à l’ingénieur, Presses de l’ENPC, Paris 2001.