Le dimensionnement et les capacités

publié le 18 septembre 2007 (modifié le 28 mai 2008)

 

Pointe à Pitre le Raizet : vue d'ensemble avec passerelles
Pointe à Pitre le Raizet : vue d’ensemble avec passerelles
(photothèque STAC/Alexandre Paringaux)

La capacité d’une aérogare est le débit de passagers et de bagages qui peuvent y être écoulés en respectant les contraintes de sûreté, une qualité de service et en intégrant son mode de fonctionnement. C’est une donnée capitale aussi bien pour le gestionnaire de l’aéroport que pour l’organisme de tutelle ou encore les compagnies aériennes. C’est à partir de cette donnée que pourront être déterminés :

  • le trafic que peut traiter l’infrastructure ;
  • la date prévisible de saturation compte tenu de l’évolution prévue du trafic ;
  • les éléments bloquants, ce qui permettra de prévoir où et quand il faut réaménager l’infrastructure, réaliser une extension ou construire un nouveau bâtiment.

Ce sont les conditions de circulation des flux de passagers et de leurs bagages entre les différentes formalités dont ils ont à s’acquitter qui déterminent la capacité. Celle-ci dépend de plusieurs catégories de paramètres :

  • les caractéristiques structurelles : l’aménagement, les surfaces et équipements des terminaux ;
  • les caractéristiques d’exploitation : les procédures de traitement, l’allocation des ressources ;
  • la nature et les caractéristiques des flux traités ;
  • une qualité de service fixée par l’exploitant.
Pointe à Pitre le Raizet : hall public
Pointe à Pitre le Raizet : hall public
(photothèque STAC/Alexandre Paringaux)

Le dimensionnement d’une nouvelle aérogare, l’extension ou le réaménagement d’une infrastructure existante relèvent de la démarche inverse : partant d’un trafic de référence donné, il s’agit de déterminer les caractéristiques structurelles (surfaces, nombre d’équipements) qui permettront à l’aérogare de traiter ce trafic compte tenu des objectifs de qualité de service fixés et du mode de fonctionnement choisi.

Il existe plusieurs méthodes, selon le niveau de précision souhaité et le stade du projet :

  • Au stade de la planification, des ratios globaux peuvent être utilisés. On compte généralement environ 9000 à 11000 m² par million de passagers annuels dans les aérogares « classiques ». (Ce chiffre n’est pas valable pour les aérogares dont le trafic est très irrégulier).
  • Pour un pré-dimensionnement, les prévisions de trafic plus précises et les hypothèses de conception plus abouties permettent d’utiliser des ratios de détail : chaque module de trafic est dimensionné par rapport à un flux de référence (en passagers par heure) qu’il doit être capable de traiter.
  • Enfin, pour la conception ou l’optimisation de l’exploitation d’une aérogare, les méthodes par simulation permettent aujourd’hui d’évaluer la capacité de façon extrêmement précise. Ces méthodes nécessitent néanmoins une parfaite connaissance du trafic et une infrastructure modélisée jusqu’au plus petit détail.