Le métier de géomètre topographe

 

 

(1) Grâce à son tachéomètre robotisé, le technicien géomètre lève directement les points avec une tablette numérique tactile. De retour au bureau, le plan numérique est presque terminé... (2) Lors des opérations de bornage, le géomètre est amené à faire preuve de sens du contact et de la diplomatie
(1) Grâce à son tachéomètre robotisé, le technicien géomètre lève directement les points avec une tablette numérique tactile. De retour au bureau, le plan numérique est presque terminé... (2) Lors des opérations de bornage, le géomètre est amené à faire preuve de sens du contact et de la diplomatie
(droits réservés)

Éthymologiquement, le terme de « géomètre » fait référence à la science de la mesure d’un terrain, et celui de « topographe », à la description d’un lieu. On retrouve ces deux notions dans l’acception moderne du métier de géomètre topographe : celui-ci a pour rôle, tout à la fois, de relever la configuration de lieux ou de secteurs géographiques donnés, d’effectuer des calculs géométriques et d’élaborer des représentations graphiques 2D ou 3D, enfin d’exploiter ces informations au service de projets d’aménagement de la propriété ou du territoire.

Le métier de géomètre topographe ne doit pas être confondu avec celui de géomètre expert, profession assermentée qui se voit attribuer, en supplément, une délégation de service public : la délimitation de la propriété foncière.

Présent dans de nombreux secteurs

Outre les travaux publics, le géomètre topographe exerce ses compétences dans de nombreux domaines, notamment :

  • l’établissement de plans et de cartes de toute échelle dans le cadre de l’aménagement de la propriété (secteur d’activité géomètre – géomètre topographe, bureaux d’études),
  • la gestion et l’aménagement du territoire (collectivités locales, cabinets de géomètre et d’urbanisme) : urbanisme, architecture, environnement, etc.
  • le bâtiment et la construction,
  • les usages agricoles (remembrement et aménagement rural, évaluation des récoltes),
  • les services du cadastre, qui répertorie les propriétés foncières et constitue la base de l’impôt foncier,
  • l’ingénierie : bureaux d’études de voirie et réseaux divers, surveillance de la stabilité d’ouvrages d’art (barrages, centrales électriques, édifices publics, monuments historiques…)
  • la métrologie industrielle (instruments de mesure utilisés dans les processus de fabrication),
  • la recherche (CERN, CNRS…),
  • l’évaluation de gisements pétroliers.
l'aménagement d'un pont à l'aide d'un équipement GNSS et une station totale
l’aménagement d’un pont à l’aide d’un équipement GNSS et une station totale
(© MireTopo)

Le GPS a profondément transformé le métier de géomètre topographe.

 

À la croisée de plusieurs disciplines

La topographie s’inscrit dans le champ plus large de la géomatique, une discipline nouvelle apparue suite à l’émergence de l’informatique et des systèmes d’information géographique (SIG). La géomatique regroupe l’ensemble des techniques de collecte et de traitement des données géographiques, plaçant ainsi l’ordinateur à la convergence de multiples sources de données : on y trouve des spécialités telles que la géodésie (étude des formes, des dimensions et du champ gravitationnel de la Terre), la photogrammétrie (établissement de cartes à partir de photos aériennes et d’images satellites), la bathymétrie (cartographie du relief sous-marin), la lasergrammétrie (scannage en 3D), la topographie, le dessin assisté par ordinateur, la gestion de bases de données, l’urbanisme, le cadastre…

Le métier de géomètre topographe se situe ainsi au carrefour de multiples disciplines, dont les mathématiques, la physique (optique), l’informatique, le dessin technique, le droit, l’urbanisme, la construction… Il comporte aussi une dimension très concrète, puisque tout part du terrain où s’effectuent les relevés. Il demande donc de s’adapter aux nombreux obstacles qui risquent de perturber la prise de mesure, et de trouver à chaque fois des solutions adaptées pour faire face à l’imprévu.

Les techniques de mesure et d'auscultation employées par la topographie servent dans de nombreux domaines, comme ici, la détection d'interférences dans une installation pétrochimique
Les techniques de mesure et d’auscultation employées par la topographie servent dans de nombreux domaines, comme ici, la détection d’interférences dans une installation pétrochimique
(© Leica Geosystems)

 

Bref : c’est une profession qui demande d’allier présence sur le terrain et activités de bureau, aspects techniques et juridiques, travail en équipe et individuel, sans oublier une rigueur constante, le sens du contact et celui de la diplomatie à l’égard des clients.