Le XIXe siècle

publié le 11 octobre 2007 (modifié le 29 août 2009)

 

À DIEPPE (à gauche) comme à NANTES (à droite), à la fin du XIXe,tous les ports reçoivent les mêmes types de navires
À DIEPPE (à gauche) comme à NANTES (à droite), à la fin du XIXe,tous les ports reçoivent les mêmes types de navires
(droits réservés)

 
Début du XIXe siècle : les ports s’adaptent pour accueillir la "marine en fer"

La deuxième moitié du XIXe siècle a vu la "marine en fer" prendre progressivement le relais de la "marine en bois" ; la propulsion à vapeur a détrôné la voile, l’amélioration de la sécurité a permis de supprimer l’armement militaire des navires marchands.
Amorcée dès le siècle précédent dans nombre de places, la vocation purement marchande (commerce, pêche) s’est affirmée dans la plupart des ports, les activités militaires étant concentrées dans certains sites disposant de rades naturellement abritées (telles celles de Brest, Lorient, Toulon).

La technique de la construction des navires en métal (d’abord en fer, puis en acier) a permis d’augmenter leurs dimensions et par conséquent l’importance de leurs cargaisons. Mais à l’exception des grands paquebots, jusqu’à la moitié du XXe siècle, la plupart des navires ont une longueur n’excédant pas la centaine de mètres, une largeur limitée à la quinzaine de mètres et un tirant d’eau inférieur à dix mètres. Sur un même navire, sont transportées des marchandises de natures et de conditionnements très différents : les navires "cargos" sont, en fait, polyvalents.

Hormis ceux qui reçoivent des paquebots (principalement Marseille et le Havre), tous les ports accueillent pratiquement les mêmes navires et sont équipés des mêmes ouvrages et outillages : la manutention se fait en général à "dos d’homme" en portant des sacs ou des caisses, le transbordement étant effectué avec les mâts de charge du navire.

Manutention à dos d’homme. À gauche, tableau de Moutte (Marseille au XIXe)(Musée de la Marine et de l’Économie Marseille -Provence CCIMP)-À droite, déchargement de sacs de farine au port de Rouen en 1873 (Port Autonome de Rouen)

Pour en savoir plus


Télécharger :