ACTUALITÉ
 

Les 10 ans de la ligne E du RER francilien

publié le 17 juillet 2009 (modifié le 9 août 2009)

Inaugurée le 12 juillet 1999, la ligne E du RER fête ses 10 ans. Il s’agit de la plus récente des lignes du RER francilien.

eole_candelabre_72x100_cle77e2d5.jpg
eole_candelabre_72x100_cle77e2d5.jpg
 

 
Inaugurée le 12 juillet 1999, la ligne E du RER fête ses 10 ans. Il s’agit de la plus récente des lignes du RER francilien mais aussi la plus courte.
Chaque jour en semaine, 312 000 voyageurs de l’est francilien empruntent cette ligne. Deux branches ayant pour terminus Chelles Gournay et Tournan en Brie permettent de se rendre au cœur de Paris.
Sept années de travaux, parfois spectaculaires, ont été nécessaires pour mener à bien le projet imaginé à la fin des années 80. Jusqu’à son ouverture, la ligne était plus connue sous le nom de projet Éole, acronyme de « Est-Ouest Liaison Express ».

Une ligne conçue pour désengorger la ligne A du RER

Pour faire face à la très forte saturation de la ligne A du RER, la SNCF propose à la fin des années 1980 de connecter la banlieue Est à la banlieue Ouest (Saint-Lazare) par un tunnel construit sous Paris. L’intérêt du projet est multiple : amélioration de la desserte des pôles de l’Est parisien (Noisy le Sec, Val de Fontenay, Marne la Vallée), réduction des temps de parcours interbanlieues et vers Paris, liaison directe et rapide entre le quartier d’affaires d’Auber/Saint-Lazare et celui de la gare du Nord et de l’Est grâce à la création de deux nouvelles gares de correspondance sous Paris.
Le projet Eole, acronyme d’« Est Ouest Liaison Express », voit alors le jour. Le 13 octobre 1989, Michel Rocard, Premier ministre, décide officiellement la réalisation de l’opération. Le schéma complet du projet est approuvé un an plus tard, en 1990, par le Syndicat des Transports d’Ile-de-france (STIF).

Transilien "Eole"
Transilien "Eole"
(© Droits réservés)

Des travaux spectaculaires et importants

En 1993, le tunnelier « Martine », entre en action. Trois années de forage seront nécessaires pour réaliser un tunnel de 3,5 km à 45 m de profondeur dans un sous-sol déjà très encombré, ainsi que deux gares souterraines, Haussmann Saint-Lazare, près de la gare du même nom, et Magenta, à proximité immédiate de la gare du Nord et à 500 m de la gare de l’Est.
Au total, plus d’un million de mètres cubes de déblais seront extraits. En surface, les travaux, moins remarquables, sont tout aussi lourds : nouveau poste d’aiguillage, nouvelles voies, nouveaux ouvrages d’art, rénovation intégrale des gares de banlieue et de leurs quais.

Une mise en service en trois étapes

La mise en service du projet à l’Est s’est faite tout d’abord en deux étapes : le 14 juillet 1999 vers Chelles et le 30 août 1999 vers Villiers sur Marne. Quatre années plus tard, le 14 décembre 2003, la ligne est prolongée jusqu’à Tournan en Brie.

eole-rame_227x121_cle2e64c7.jpg
eole-rame_227x121_cle2e64c7.jpg
(© Asco-TP)

De nouveaux trains

Pour desservir la nouvelle ligne, la SNCF commande en 1992 à GEC-Alsthom CIMT et ANF-Industrie une série de nouveaux trains. Conçus en partenariat avec la RATP (pour utilisation sur la ligne A du RER), ils sont baptisés « MI 2N » (pour « matériel d’interconnexion à 2 niveaux »). Ces rames à deux niveaux sont équipées de trois larges portes par voiture et par face afin d’accélérer les échanges en station. Les 53 automotrices commandées sont livrées entre le 10 mars 1996 et le 1er 2003.

Un cofinancement

Prolongement à Tournan compris, la création de la ligne E du RER a été financée à 42% par la Région Ile-de-France et à 33% par l’Etat, pour l’infrastructure, les 25% restant ayant été essentiellement à la charge de la SNCF, pour les trains.
Les travaux, initialement estimés à quelque 950 millions d’euros, se sont élevés finalement à environ 1,2 milliard d’euros (valeur 1999), le surcoût étant notamment dû aux modifications apportées en cours de route au projet en raison de la géologie rencontrée et de la crise immobilière affectant les reventes foncières. A ce total des travaux, s’ajoute le prix d’achat des 53 rames MI2N, soit environ 610 millions d’euros.

Un prolongement prévu à l’Ouest

En 2008, l’Etat et la Région ont décidé de lancer les études sur le prolongement du RER E à l’Ouest en vue du lancement d’un grand débat public sur ce projet. C’est le STIF qui mène les études et coordonne l’ensemble.
Le 29 avril 2009, le Président de la République, Nicolas Sarkozy, confirme dans son discours sur le Grand Paris la réalisation du prolongement à l’ouest.

La chronologie du projet

  • 13 octobre 1989, le Premier ministre Michel Rocard annonce la réalisation du projet ;
  • 25 octobre 1990, le Syndicat des Transports Parisiens approuve le projet ;
  • 15 novembre 1991, déclaration d’utilité publique ;
  • début 1993, démarrage des travaux ;
  • 14 février 1994, démarrage du percement du tunnel ;
  • 4 mai 1995, le tunnel Nord est achevé ;
  • novembre 1996, le tunnel Sud est achevé ;
  • 26 janvier 1999, un premier train circule dans le tunnel ;
  • 12 juillet 1999, la ligne est inaugurée par le Premier ministre Lionel Jospin, Jean-Paul Huchon, président du Conseil Régional d’Ile-de-France, et Louis Gallois, président de la SNCF ;
  • 14 juillet 1999, mise en service de la branche Haussmann Saint-Lazare à Chelles Gournay ;
  • 30 août 1999, mise en service de la branche Haussmann Saint-Lazare à Villiers sur Marne - Le Plessis Trévise ;
  • 14 décembre 2003, prolongement de la ligne de Villiers sur Marne jusqu’à Tournan ;
  • février 2007, la région Ile-de-France adopte un projet de schéma directeur (SDRIF) prévoyant le prolongement de la ligne à l’ouest vers La Défense ;
  • 27 mars 2008, la région Ile-de-France vote un budget de 1,5 M€ pour lancer les études de prolongement vers La Défense ;
  • 21 janvier 2009, à l’issue d’un comité de pilotage réunissant le STIF, la Région, l’État, la SNCF et RFF, le STIF affirme son intention de saisir la commission nationale du débat public fin 2009 ;
  • Le 29 avril 2009, le Président de la République, Nicolas Sarkozy, confirme dans son discours sur le Grand Paris la réalisation du prolongement à l’ouest.

Les chiffres clés

  • 56 km
  • 21 gares
  • 312 000 voyageurs par jour en semaine, 190 000 le samedi, 106 000 le dimanche
  • 94,1% de trains à l’heure sur les 6 premiers mois de 2009 (93,3% en 2008)
  • Des indicateurs de satisfaction client parmi les plus élevés des lignes Transilien (14,6/20)
  • Certifiée AFNOR Service depuis 2004 (1ère ligne à l’avoir été)
  • 53 rames MI2N aux performances reconnues
  • Une fréquentation qui progresse (12% entre 2005 et 2008), avec une augmentation spectaculaire dans les gares intermodales 2/3 des gares accessibles aux personnes à mobilité réduite

Pour en savoir plus