Les enjeux

publié le 3 novembre 2009 (modifié le 2 décembre 2009)

 

pollution_cle08366d.jpg
pollution_cle08366d.jpg
© Catherine, École sur la colline

La notion de développement durable repose d’abord sur un constat : nous consommons davantage de ressources que n’en produit la planète.
Parallèlement, nos activités génèrent des émissions (gaz à effet de serre, déchets, polluants...) qui contribuent à fragiliser les milieux naturels. Enfin, une partie des matières premières (énergie, minerais...) sur lesquelles s’appuie notre croissance ne sont pas renouvelables.

Un défi sans précédent

Face à cet état de fait, une importante mobilisation s’est déclenchée tant au niveau international qu’au sein de chaque pays. Elle s’appuie sur trois principaux axes :

  • Mieux préserver l’environnement à travers la réduction des divers types d’émissions et l’amélioration du retraitement des déchets, tout en aidant les écosystèmes endommagés à se reconstituer.
  • Améliorer l’efficacité de notre utilisation des ressources, et développer des solutions de substitution pour les matières premières non renouvelables.
  • Veiller à ce que ces progrès profitent au plus grand nombre, y compris dans les pays les moins favorisés, sur le plan de la qualité de la vie et des conditions de travail.

Cet équilibre entre les aspects environnementaux, économiques et sociaux se situe au coeur même des enjeux du développement durable. Il constitue un défi sans précédent, mais aussi une opportunité pour créer de nouvelles activités et inventer un modèle de croissance inédit.

Les TP en première ligne

01-01_concertation_200x132_cle1a151e.jpg
01-01_concertation_200x132_cle1a151e.jpg
© droits réservés

En France, le Grenelle de l’Environnement a fortement contribué à faire émerger ces thématiques, à travers la consultation de multiples acteurs : pouvoirs publics, entreprises, associations, citoyens...

Ce mode de concertation est d’ailleurs caractéristique du développement durable, dont les enjeux souvent transversaux réclament un dialogue permanent entre les différentes parties prenantes.

Autre constat effectué à l’occasion, l’ampleur des thématiques abordées : transports, habitat, énergie, eau, matières premières, déchets...

Au bout du compte, pas un domaine n’y échappe !

Les travaux publics sont concernés au premier chef. Les thématiques énoncées ci-dessus relèvent en effet directement de leur compétence.

En charge des infrastructures destinées à servir la collectivité, ils ont déjà entamé leur mutation vers un modèle plus durable : mise en place de fonctionnements plus efficaces, moins gourmands, essor de nouvelles activités au service de l’environnement, formation des équipes, meilleure maîtrise des émissions et des déchets...

C’est un vaste chantier qui attend la profession, et qui ne fait que débuter.