Les études techniques et le STAC

publié le 13 septembre 2007 (modifié le 22 octobre 2008)

 

Le Service technique de l’aviation civile (STAC - anciennement STBA) est chargé de la partie technique des études pour les infrastructures françaises au sol.
Il mène des recherches sur les technologies nouvelles et il contribue à établir les normes.

La France est à la pointe de la technique dans le domaine aéronautique.
Son savoir-faire très spécialisé s’exporte dans le monde entier.
Au sein de la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile), le Service Technique de l’Aviation Civile est chargé des études techniques pour la partie infrastructure au sol des aéroports.

Le STAC est organisé en départements techniques. À ceux chargés de la conception générale des aéroports, des chaussées aéronautiques et du génie civil, des bâtiments, de la sûreté aéroportuaire, s’ajoutent ceux concernant les systèmes d’information et la Navigation Aérienne.

Il participe à la surveillance des exploitants aéroportuaires civils, avec d’autres services de la DGAC.

Le STAC mène aussi des recherches portant sur les technologies nouvelles et met au point des outils informatiques de modélisation.
Outre les prestations d’ingénierie et d’expertise, il contribue à établir des règlements techniques et des normes dans les domaines de la planification aéroportuaire, mais aussi pour les ouvrages et des équipements aéroportuaires (à l’exception de ceux relevant de la navigation aérienne)

stac_locaux_cle66767d.jpg
stac_locaux_cle66767d.jpg
(droits réservés)

L’une des missions du STAC est de s’occuper de la programmation des nombreux bâtiments à vocation aéronautique, en amont du travail de l’architecte. Il peut s’agir de hangars, de bâtiments spécialisés : tours de contrôles, blocs techniques. Il peut également devenir le maître d’œuvre notamment pour les ouvrages militaires.

le Service national d’Ingénierie aéroportuaire et un certain nombre de DDE ont des services spécialisés leur permettant d’assurer la maîtrise d’œuvre d’infrastructures et de bâtiments sur les aérodromes civils et les bases aériennes militaires.

La gestion et l’entretien sont le plus souvent assurés par les C.C.I. (Chambres de Commerce et d’Industries) locales.