Les infrastructures réalisées par les alliés

publié le 17 septembre 2007 (modifié le 28 mai 2008)

 

Aérodrome de Doncourt-lès-Conflans (Meurthe-et-Moselle)
Aérodrome de Doncourt-lès-Conflans (Meurthe-et-Moselle)
(planche extraite de l’Atlas historique des terrains d’aviation - droits réservés : DGAC)

Aménagées dans le feu de l’action, les infrastructures américaines utilisèrent des plaques métalliques reposant sur une fondation hâtivement constituée avec interposition de carton bitumé lorsque celle-ci était sensible aux intempéries.

Cet assemblage de plaques rectangulaires conduisit naturellement à une unicité de forme dont s’étaient subtilement auparavant écartées les infrastructures allemandes.

Ainsi les bases américaines comportaient-elles une seule piste doublée par un, deux, voire trois taxiways dont les tracés rectilignes brisés reliaient les extrémités et le long desquels étaient disposées les aires de stationnement des avions.

L’effet de dispersion obtenu par les allemands par l’adaptation au terrain de l’organisation de chacune de leurs bases ne pouvant donc, de la part des américains, être atteint par cette recherche de forme, ceux-ci se virent contraints de multiplier leurs implantations autour d’un même lieu. C’est ainsi que sept pistes d’opérations furent aménagées autour du Mans à moins de quarante kilomètres les unes des autres.