Les métiers des phares

publié le 16 octobre 2007 (modifié le 4 juillet 2008)

 

Les anciens "métiers maritimes" au sein du ministère : gardiens de phares, électriciens, chaudronniers, électroniciens... étaient multiples et très spécialisés.

À l’occasion de la réforme récente de la grille des métiers au ministère, ils ont été regroupés dans des corps plus généralistes : contrôleurs des TPE avec la spécialité phares et balises, ouvriers des parcs et ateliers (OPA) et marins, pour mieux permettre leur évolution.

3501-pumsjexsbdm_cle1c193a.jpg
3501-pumsjexsbdm_cle1c193a.jpg
(droits réservés)

CONTROLEURS des TPE, domaine "Phares et balises et Sécurité maritime"

Les contrôleurs des TPE sont un élément essentiel de l’organisation du Ministère de l’Équipement. Ce corps des contrôleurs des travaux publics de l’État est classé en catégorie B, et régi par le décret n° 2003-361 du 11 avril 2003 modifiant le décret n° 88-399 du 21 avril 1988.

Ils sont répartis en plusieurs domaines :

  • aménagement et infrastructures terrestres ;
  • aménagement et infrastructures fluviales, maritimes et portuaires ;
  • phares et balises et sécurité maritime.

Les contrôleurs des travaux publics de l’État appartenant au domaine Phares et Balises et sécurité maritime contrôlent le fonctionnement et l’entretien des établissements de signalisation maritime, des installations mécaniques, électriques et électroniques relevant du services des Phares et Balises et surveillent les réparations assurées par les centres d’exploitation et d’intervention dudit service. Ils peuvent être notamment chargés des travaux effectués par ces centres d’exploitation et d’intervention.

3503-33smmlc4nfy_cle141b85.jpg
3503-33smmlc4nfy_cle141b85.jpg
(droits réservés)

OUVRIERS des PARCS et ATELIERS (OPA)

Les ouvriers des parcs et ateliers sont des agents publics de l’État. Ils n’ont pas le statut de fonctionnaire. Régis par le décret n° 65-382 du 21 mai 1965 modifié, ils occupent des emplois permanents dans l’une ou l’autre des sections exploitation, ateliers ou magasins des parcs des ponts et chaussées, des services maritimes et des bases aériennes.

Ils sont répartis professionnellement en trois classes :

  • les ouvriers, avec 4 niveaux : qualifiés, expérimentés, compagnons et maîtres-compagnons ;
  • les personnels de maîtrise ;
  • les personnels techniques.

Le personnel de maîtrise gère l’ensemble des moyens (hommes et matériels) nécessaires au bon déroulement des chantiers. Ils ont vocation d’encadrement, effectuent le suivi économique des engins et matériels. La maîtrise comprend 3 ou 4 niveaux de qualification et de responsabilité selon la filière.

Les personnels techniques exécutent diverses tâches techniques de manière autonome ou assurent l’encadrement du personnel sous leurs ordres en fonction de leur niveau de qualification. La filière technique comporte 4 niveaux.

3505-gvt2ec9iev5_cle14b17d.jpg
3505-gvt2ec9iev5_cle14b17d.jpg
(droits réservés)

MARINS du COMMERCE

Les marins du commerce ont un statut de droit privé qui relève du code du travail et du code du travail maritime. Dans les subdivisions Phares et Balises de l’Équipement, ils sont au service des professionnels de la mer et des plaisanciers.

Ils sont affiliés à l’Établissement National des Invalides de la Marine. Des accords particuliers ont été conclu, à ce titre, avec l’ENIM.

En contact avec les acteurs de la sécurité maritime, ils trouvent leur place au sein des subdivisions phares et balises, dans les directions départementales de l’Équipement et les services maritimes spécialisés en métropole ou outre-mer.

Au sein de l’administration française, la conduite des navires peut être effectuée soit par des fonctionnaires, soit par des marins de commerce, ce qui est obligatoire pour les navires de charge. C’est le cas pour les phares et balises.
Les marins du balisage ou de commerce accomplissent leurs missions à bord de 52 unités réparties sur le littoral, de la vedette de 10 m au baliseur océanique de 50 m, une flotte en cours de renouvellement. Ils arment les navires et participent aux opérations de maintenance et de réparation des Établissements de signalisation maritime situés en mer, et en particulier les bouées ou phares en mer, en liaison avec les autres équipes de la subdivision, tels que les contrôleurs des travaux publics de l’État ou les ouvriers des parcs et ateliers.
Ils participent également à la prévention des accidents, à la protection des usagers de la mer, par le maintien en état des aides à la navigation.

En savoir plus

Consultez les fiches métiers