Les moyens à prévoir

publié le 8 juillet 2008 (modifié le 18 août 2008)

 
La consultation du côté des Entreprises
L’étude des moyens à prévoir.

Moyens et équipements à prévoir

L’étude approfondie du dossier de consultation va déboucher sur une évaluation, aussi précise que possible, des moyens en hommes, en matériels, en matériaux, en équipements spécifiques, qui seraient nécessaires, ainsi que la période pendant laquelle ils seront mobilisés par ce chantier.

Pour les hommes, va être examinée la possibilité de disposer, au sein de l’entreprise, de l’encadrement, des spécialistes, des compagnons, ou la possibilité, en particulier pour ces derniers, de les recruter rapidement et/ou localement.

La disponibilité réelle des hommes ne sera examinée que lors de la négociation de l’offre, car, lors de l’étude des propositions, la date de démarrage du chantier est encore très hypothétique.

La gestion des affectations successives des cadres et des spécialistes est une des contraintes fortes de l’entreprise, souvent perturbée par les aléas de réalisation des autres chantiers de l’entreprise, allongeant les délais pour leur mise en place.

Pour les matériels courants, leur existence et leur disponibilité dans le parc de l’entreprise, le rendement qu’on peut en attendre, souvent la nécessité d’en commander ou d’en louer, va aussi influer. Elle conditionnera parfois le mode de réalisation à proposer.

Pour chaque type de matériaux, leurs caractéristiques souhaitées, leurs origines possibles, leur accessibilité et les prix proposés par les fournisseurs vont donner lieu à des mises au point et des arbitrages délicats.

Pour les équipements spécifiques indispensables pour le mode de réalisation choisi (gros terrassements, tunnels, etc.), il faudra le plus souvent les commander, du fait de l’évolution incessante des possibilités techniques, améliorant la productivité des matériels et des équipements.

Leurs caractéristiques précises devront alors être définies, et les fabricants approchés pour vérifier la possibilité pour ceux-ci de les fournir en temps utile et connaître le prix d’acquisition ou parfois de location, la commande ferme n’ayant lieu qu’en cas d’obtention du chantier.

Parallèlement, en cas de variantes, leur étude doit être faite. Chacune doit ensuite, si elle paraît viable, donner lieu aux mêmes études que pour l’offre initiale, d’abord pour pouvoir confirmer son intérêt, ensuite pour pouvoir la chiffrer.

Par ailleurs, pour les opérations importantes, sont étudiés l’intérêt et la possibilité d’une réponse associant plusieurs entreprises. Dans ce cas, des négociations sont engagées avec celles-ci pour préciser le rôle de chacune et son apport à la proposition commune.

Toutes ces études débouchent, pour chaque solution à proposer, sur la quantification de chacun des moyens nécessaires et de la période pendant laquelle ils le seront.

Aspect financier et gestion des risques

Pour une opération courante, il s’agit d’apprécier l’effet du déroulement du chantier sur la trésorerie, les besoins de financement et sur les résultats probables de l’entreprise.

Dans le cas d’une concession ou d’un partenariat public privé, il faut aussi examiner les modalités du financement de l’ouvrage et la gestion-répartition des risques entre le concédant et le concessionnaire, à assumer tout au long de la durée de l’exploitation.

Dans le choix du client, ce point peut être aussi important que le prix, les délais ou la qualité technique de la réponse.