Les ponts du Moyen-âge

publié le 27 novembre 2007 (modifié le 4 mars 2008)

 

 
Le pont Saint-Bénézet à Avignon (photos Marcel Prade).

Les ponts du Moyen Âge présentent une grande variété de formes. Découvrez-les !

  • Les ponts de cette époque présentent une grande variété de formes mais ont aussi bien des points communs : chaussées étroites - 3 à 4 m - souvent en dos d’âne, suffisantes pour leurs usagers, piétons, cavaliers et animaux bâtés.
  • Les voûtes sont en plein cintre ou peu surbaissées. L’arc brisé, ogive tiers ou quinte points, apparaît au XIIe siècle.
  • L’appareil des tympans est fruste et se poursuit jusqu’aux parapets qui s’évasent en refuges au droit des piles qui sont épaisses.
  • Ils sont le plus souvent d’importance modeste, mais parfois exceptionnelle. C’est le cas des ponts de Nyons, de Tournon et de Céret dont les voûtes ont plus de 40 mètres d’ouverture.

Le célèbre pont d’Avignon situé en Avignon sur le Rhône. Les quatre arches segmentaires de 31 m sont les restes du pont du XIVe siècle commencé sous le pape Clément VI. Il faisait suite au pont du XIIe siècle dû à l’initiative de Saint-Bénézet. Composé à l’origine de 22 arches, il était ruiné à la fin du XIIIe siècle. La base de la chapelle date de la fin du XIIe siècle, au temps de Saint-Bénézet.

Le pont d’Espalion, en Aveyron, sur le Lot, possède 4 arches de 8 à 15,50 m. Il a remplacé un ouvrage plus ancien autrefois fortifié par 4 tours et a été plusieurs fois remanié. L’archivolte extérieure de ses voûtes est la conséquence d’un élargissement. Datation probable XIIIe et XIVe siècles.

 
Le pont d’Espalion (photo ASCO-TP).