Les types d’équipements

publié le 25 octobre 2007 (modifié le 7 avril 2008)

 

Les différents types d’équipements

Barrages, centrales et écluses composent un aménagement complet du plus puissant des fleuves français
Barrages, centrales et écluses composent un aménagement complet du plus puissant des fleuves français
(droits réservés)

Les équipements installés au fil du Rhône se distinguent principalement entre l’amont et l’aval de Lyon, les premiers ne comportant pas d’écluses car cette partie du fleuve n’est pas navigable. Par ailleurs, certains aménagements ne possèdent pas de canal de dérivation, du fait notamment de l’étroitesse de la vallée et de la présence de nombreuses zones bâties sur les rives.

Dans le Bas Rhône (douze installations) le fleuve a été divisé en sections d’environ 20 km de long, dont chacune a été traitée de façon indépendante selon le schéma suivant :

  • un barrage de retenue généralement placé en amont de la centrale ;
  • une centrale captant la force motrice de l’eau ;
  • une écluse permettant la navigation à grand gabarit.

Chaque section a été canalisée, des dragages ayant parfois été réalisés immédiatement en aval du barrage, pour gagner en profondeur. Le lit du fleuve est alors endigué en amont du barrage suivant pour éviter les débordements.

Les barrages

L’ensemble des aménagements mis en place par la CNR sur le Rhône comporte un barrage, ainsi éventuellement qu’un canal de dérivation. Celui-ci crée une retenue qui alimente les turbines de la centrale.
Les barrages permettent également d’évacuer les crues et de réguler le débit du fleuve.Excepté le barrage de Génissiat, qui est un barrage voûte, les 18 autres aménagements mis en place sur le Rhône sont de deux types :

  • barrages équipés de vannes segments : l’ouverture de volets permet d’évacuer les crues faibles, les crues plus importantes provoquant le déclenchement des vannes ;
  • barrages équipés de vannes wagon : ouverture progressive, d’abord des vannes de surface puis des vannes de fond en fonction de l’importance du débit.

Les centrales

18 centrales hydroélectriques fonctionnent sur le Rhône entre Génissiat et Vallabrègues (centrale de Beaucaire). Le principe en est le suivant : l’eau entraîne des turbines qui à leur tour actionnent un alternateur, lui-même relié au réseau principal via un transformateur. Les centrales fonctionnent au fil de l’eau, seul l’aménagement de Génissiat ayant la possibilité de stocker celle-ci.
Trois types de turbines équipent les centrales du Rhône :

  • turbines Francis (uniquement à Génissiat) ;
  • turbines Kaplan à axe vertical ;
  • groupes bulbe horizontaux.

Les premières sont destinées aux hautes chutes, les deux derniers aux basses chutes.Les groupes bulbe, du fait de leur disposition horizontale, ont permis de construire des centrales plus discrètes, mieux intégrées dans leur environnement.

L’ensemble de ces aménagements est contrôlé depuis le poste de Génissiat pour le Haut-Rhône et celui de Châteauneuf-du-Rhône pour le Bas-Rhône.

Les écluses

Entre Lyon et la mer, ce ne sont pas moins de 330 km qui ont été aménagés pour la navigation fluviale à grand gabarit.

Chacun des douze aménagements du Bas Rhône a donc été doté d’une écluse de 195 mètres de long sur 12 de large. Celle-ci permet aux bateaux automoteurs et convois poussés de franchir en quelques minutes la dénivellation créée par le barrage. Le sas se remplit à partir d’une prise d’eau connectée au canal de dérivation. Des emplacements ont également été prévus pour l’accostage et le stationnement des bateaux.

Il existe deux autres écluses qui permettent d’effectuer la liaison avec le golfe de Fos : Barcarin (195 mètres de long sur 12 de large) et Port-Saint-Louis-du-Rhône (135 mètres sur 19).