Matériels et techniques

 

 

Les matériels développés depuis une quinzaine d'années ont radicalement transformé le métier de géomètre-topographe
Les matériels développés depuis une quinzaine d’années ont radicalement transformé le métier de géomètre-topographe
(photos SETRA, MireTopo)

 

Si la topographie a connu de tels bouleversements dans ses méthodes comme dans ses résultats, elle le doit pour beaucoup aux progrès accomplis par les matériels utilisés.

Cette évolution débute il y a une quarantaine d’années de cela, avec l’apparition des théodolites, appareils permettant de mesurer simultanément les angles horizontaux et verticaux. Puis, alors qu’au fil de l’histoire les innovations étaient restées lentes et sporadiques, celles-ci connaissent une sérieuse accélération.

Il y a trente ans, le distancemètre voit le jour, succédant à la chaîne d’arpenteur employée depuis l’antiquité. Une dizaine d’années plus tard, les tachéomètres marquent une étape supplémentaire, avec leur capacité d’évaluer simultanément angles horizontaux, verticaux et distances. Parallèlement, les niveaux poursuivent leur évolution, avec l’apparition de modèles électroniques au début des années 1990.

Au cours de la même décennie, les scanners lasers 3D et surtout le GPS (dont l’une des applications est le guidage d’engin) prennent leur essor. En effet, ce système de positionnement par satellites américain a été autorisé à un usage civil à partir de 1993, et constitue une véritable révolution dont nous ne connaissons encore que les prémisses. Les Systèmes d’Information Géographique constituent d’une certaine manière un autre aspect de la même mutation, car ils fournissent eux aussi une vision globale des problématiques liées à l’aménagement d’un territoire…