Musée de l’équipement à Vatan (Indre)

publié le 22 novembre 2007 (modifié le 6 juin 2008)

 

AMPE - Un musée du patrimoine de l’équipement

293-ul7d6aj3mcq_cle2f59c4.jpg
293-ul7d6aj3mcq_cle2f59c4.jpg
Bouille à goudron datant de 1910 ou goudronneuse à main
294-fojf4fn22y2_cle2c6486.jpg
294-fojf4fn22y2_cle2c6486.jpg
Rouleau tracté par un cheval (1920) et tracteur Latil TL 23 (1965)

 

L’AMPE, association créée par la FNASCEE, installée à Vatan (Indre), dans une ferme léguée à la commune par Ferdinand de Lesseps, une collection de véhicules et de matériels du patrimoine du ministère de l’équipement.

C’est à la Chesnaye à Guilly, dans une ferme léguée à la mairie de Vatan (Indre) par la famille de Ferdinand de Lesseps, que s’installe le Musée du Patrimoine de l’Équipement. Quel homme, mieux que celui auquel est attaché le nom du canal de Suez, pouvait se trouver associé à ce musée, consacré à l’histoire et à l’évolution des sciences et techniques de l’Équipement ?

Ce musée est créé par l’AMPE (Association pour un Musée du Patrimoine du Ministère de l’Equipement), elle-même étant l’émanation de la FNASCEE (Fédération des Associations Sportives Culturelles et d’Entraide de l’Équipement). L’une et l’autre rassemblent donc des agents de l’Équipement, de tous grades.

Sur 4000 m², le musée commence déjà à rassembler les collections de matériels, avant même que soit terminée la remise en état des bâtiments.

A la différence de l’ancien musée des Travaux Publics à Paris, fermé en 1955, ce lieu ne sera pas voué à exposer seulement des maquettes et de l’ingénierie. Il présentera aussi des métiers et des techniques, dans l’objectif, avant tout, de valoriser le travail de tous les agents, des plus modestes aux plus hauts fonctionnaires, hommes ou femmes, qui ont consacré leur vie au ministère de l’Équipement, mettant par exemple en scène les agents des Ponts et Chaussées pendant la dernière guerre mondiale.

"C’est l’aboutissement d’un travail de recherche et de prospection de plus de 25 ans", précise Max Marcolini, Président de la FNASCEE, à l’origine du projet de musée. Ce lieu de mémoire rassemble des objets provenant du réseau de 70 000 agents (par exemple un pilotis de pont datant de Louis XIV, bien conservé), de collections privées et des services de l’administration.

Chaque année, une cinquantaine de bénévoles des services de l’Équipement consacrent ensemble une journée à la remise en état des locaux, avec l’aide de modestes subventions espérées du Conseil général de l’Indre.

Chaque année, une cinquantaine de bénévoles des services de l’Équipement consacrent ensemble une journée à la remise en état des locaux, avec l’aide de modestes subventions espérées du Conseil général de l’Indre.

Un espace commémoratif sera consacré à Ferdinand de Lesseps. Un ingénieur qui a rapporté des États-Unis en 1945 la technique de l’enrobé sera aussi mis à l’honneur.

Dans l’avenir, un parcours pédagogique fera découvrir à un jeune public l’histoire de la route, de la préhistoire jusqu’à l’autoroute, à travers une collection de véhicules et de matériels : viagraphe (pour repérer les anomalies au niveau du profil d’une route), matériel topographique ancien, rouleau de cylindrage de 1900, fraises, appareils de radio, documents, photographies, etc.

Pour exploiter ce potentiel pédagogique, une synergie est prévue avec un centre de formation pour conducteurs d’engins de travaux publics qui devrait s’établir non loin.